Les travaux effectués à la structure du bâtiment de l’Escaparium du Lac retardent l’ouverture. Le concept jeannois devrait être accessible en avril plutôt qu’à la semaine de relâche tel que prévu.

Ouverture retardée d'Escaparium à Alma

Les mordus de jeux d’évasion devront prendre leur mal en patience avant d’avoir la chance de tester la version jeannoise du concept d’Escaparium. Des travaux effectués sur la structure du bâtiment forcent le report de l’ouverture de l’Escaparium du Lac d’environ un mois.

Les promoteurs du concept très en vogue aux quatre coins de la planète espéraient une ouverture à temps pour la semaine de relâche. Il faudra plutôt attendre le mois d’avril avant d’essayer le premier scénario du concept de jeux d’évasion qui prendra place dans les anciens locaux de la Banque Nationale.

Le duo à l’origine de la version jeannoise n’a pas encore accès aux locaux situés au centre-ville d’Alma. Il en va de même pour certains entrepreneurs qui doivent compléter l’aménagement intérieur. « Nous avons hâte d’avoir nos clés. Ce sera complètement fou. Ça avancera beaucoup », a confié, lors d’un entretien téléphonique, la propriétaire d’Escaparium Saguenay, Marie-Claude Lavoie.

Premier scénario

L’énergique duo a complété, jeudi, le premier scénario de l’Escaparium du Lac. Plusieurs semaines de travail y ont été consacrées. « Les participants seront appelés à sauver les chauves-souris. On se souvient qu’il en reste une seule à la Caverne du Trou de la Fée. Nous avons mis la main sur la recette de l’antidote miracle pour sauver la colonie», a confié Mme Lavoie en exclusivité au Progrès. « Tous les moyens pour y arriver seront bons », a ajouté le coactionnaire du projet et designer graphique de formation, Félix Deschênes-Morin.

La pénurie de main-d’oeuvre ne touche pas ce type d’employeurs. Les coactionnaires ont déjà reçu des dizaines de curriculum vitae. Il en sont à évaluer les candidatures. Ainsi, des rencontres devraient avoir lieu dans les semaines à venir. À ce sujet, Marie-Claude Lavoie confie être à la recherche d’un «patenteur professionnel». La perle rare qui se débrouille au niveau de l’électronique et qui bricole divers projets pourrait se joindre à l’équipe.