Simon-Pierre Murdock, le propriétaire de Morille Québec.

Ouverture du marché sauvage de Morille Québec

La compagnie saguenéenne Morille Québec a ouvert son premier marché sauvage dans le quartier industriel de Chicoutimi, jeudi, histoire de célébrer ses 10 ans. La boutique propose la vente de produits du terroir, les formations sur la cuisine et la cueillette, de même que l’autocueillette de champignons.

« Ça fera 10 ans qu’on a commencé Morille Québec, le 16 juillet. La boutique, c’est donc un cadeau qu’on se fait pour nous, et pour toutes les personnes qui nous ont encouragés ici, à Saguenay. Nous avons décidé d’ouvrir une place, pour expliquer ce que nous faisons et qui nous sommes », a affirmé Simon-Pierre Murdock, président et directeur général de Morille Québec.

Au cœur de la forêt

Jeudi, la compagnie a ouvert les portes de sa boutique. Elle est bien spéciale. Le président a tout fait pour que les clients se sentent en forêt dès qu’ils passent la porte. Grâce à l’aromathérapie, des odeurs de la nature sont dégagées constamment dans le marché. Un mur fait de troncs de bouleaux sépare la vente de l’espace réservé aux formations. Il reste de la sève dans ces arbres, pour que les quelques bourgeons de feuilles continuent de pousser dans l’établissement. Le plancher, fait de fausse pelouse, complète l’ambiance pour être totalement déconnecté du quartier industriel.

Dans la boutique, les consommateurs peuvent acheter près d’une centaine de produits. Des champignons frais, séchés ou marinés sont disponibles à la vente, ainsi que des sauces barbecue, piquantes et des salsas toutes faites par Morille Québec. Des infusions sauvages, du lichen, diverses variétés de champignons, du poivre, du thé, des fruits congelés, des pâtes et des pestos font aussi partie de la diversité de produits que l’on retrouve sur les étagères. Même des bijoux en forme de champignons et des huiles essentielles apparaissent sur le présentoir de la boutique. Différents types d’algues complètent l’inventaire. « Un plongeur va les cueillir pour nous et on explique aux gens quoi faire avec ça », a rassuré le président. 

Le but de la compagnie est d’offrir à la population la variété de produits qui était auparavant réservée aux chefs. « Aux clients qui vont entrer ici, nous voulons leur expliquer nos produits autant qu’on le ferait aux grands chefs de Montréal et Québec », a insisté Simon-Pierre Murdock. La morille, le champignon symbolique de l’entreprise, était auparavant réservée à la haute gastronomie. Grâce à la nouvelle boutique, il sera accessible à toute la population.

De la collecte à l’intérieur

D’ici deux ou trois semaines, les futurs clients de la boutique pourront eux-mêmes aller cueillir leurs champignons, et ce, à l’intérieur même de la boutique. Une porte avec une image de forêt mène à la champignonnière, qui n’est pas encore installée. Son installation a été retardée à cause de la canicule. Le président attend un meilleur moment pour faire les installations, qui devraient arriver bien vite. 

« Il aura de nombreuses chaudières, dans lesquelles pousseront les champignons. Les clients, avec de l’accompagnement, vont pouvoir aller cueillir eux-mêmes les champignons. C’est vraiment un contexte expérimental », a ajouté le président de Morille Québec. 

Les visiteurs devront porter une combinaison et un masque pour entrer dans la serre.

Des formations sur les champignons

En octobre, les formations de groupe offertes par l’entreprise devront débuter. Des séances d’information sur la cuisine et la cueillette de champignons seront offertes au public. « On veut aider la personne à changer graduellement son alimentation pour se tourner davantage vers les produits sauvages », a souligné Simon-Pierre Murdock. Les détails seront mis en ligne, sur la page Facebook de l’entreprise.

Une fête sera organisée, à la fin de l’été, pour célébrer les 10 ans de la création de l’entreprise. Des partenaires seront présents, ainsi qu’un DJ, mais aucune date n’est fixée pour l’instant.