Stéphane Bergeron, directeur régional de Développement économique Canada, Richard Hébert, député fédéral de Lac-Saint-Jean, Marie-Jeanne Bonneau, présidente de Serdex Internaional, et Nadine Brassard, directrice générale, ont participé à l’annonce de l’aide de 640 00$ à l’organisme de promotion des exportations.

Ottawa accorde 640 000$ à Serdex International

L’organisme Serdex International pourra continuer d’accompagner et de promouvoir les entreprises régionales désirant exporter leurs produits et leur expertise. Le gouvernement fédéral a annoncé, mercredi, le versement d’une aide financière de 640 000 $ étalée sur trois ans destinée à soutenir l’organisme.

Le député de Lac-Saint-Jean et secrétaire parlementaire de la ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations, Richard Hébert, a procédé à cette annonce en conférence de presse aux ateliers de l’entreprise Dodec, à Chicoutimi. Il était accompagné de Marie-Jeanne Bonneau, présidente du conseil d’administration de Serdex, et de Nadine Brassard, directrice générale.

Lors de son allocution, M. Hébert a rappelé l’importance de poursuivre la promotion des exportations puisque seulement 12 % des entreprises québécoises se donnent pour mission de vendre à l’international. L’objectif du gouvernement est de doubler le volume des exportations à moyen terme en invoquant les accords de libre-échange signés avec les Américains, les Européens et les pays du Pacifique.

Mme Bonneau a mentionné que Serdex répond plus que jamais aux besoins des entreprises régionales alors qu’au cours de la dernière année, le nombre d’entreprises ayant requis ses services se situe à 140. De plus, le nombre de membres est passé de 403 à 455 dans la dernière année.

L’offre de services-conseils, le coaching, la formation sur des sujets pratiques adaptés et les activités de développement structuré sont l’apanage de Serdex et de son personnel.

En ce qui a trait à l’enveloppe accordée par le fédéral, Mme Brassard a déclaré qu’il s’agit approximativement des mêmes sommes que celles accordées lors du dernier plan triennal.

Par ailleurs, 30 % du financement provient des activités d’autofinancement.

Ralentissement

Selon les plus récentes données publiées par Desjardins, malgré la hausse en juin, la première moitié de 2019 s’inscrit sous le signe du ralentissement pour les exportations internationales du Québec. La valeur des expéditions vers les États-Unis affiche une progression grâce à la bonne tenue de l’économie américaine. Les tarifs sur l’acier et l’aluminium du Canada, imposés de mai 2018 à mai 2019, ont toutefois affecté l’industrie.

Celle-ci a réussi à trouver d’autres débouchés que les États-Unis pour écouler une partie de sa production et assurer une croissance pour les exportations d’aluminium du Québec.