L’équipe des ressources humaines a pris le virage numérique, chez Nolicam. Sur la photo : Charles-Éric Gilbert, stagiaire, Julie Bergeron, directrice, Alissa Girard, conseillère, Chantal Villeneuve, conseillère, et Marjorie Côté, directrice générale.

Nolicam en mode séduction

Rarement une entreprise régionale aura été aussi proactive pour pallier le manque de main-d’oeuvre. Nolicam, spécialisée dans la fourniture de personnel en aluminerie, et sa branche d’impartition, Axcio, prennent le taureau par les cornes. Grâce à l’implantation d’un nouveau site Web et d’un portail entièrement dédié au recrutement, la compagnie veut mettre la main au collet d’une centaine de travailleurs sur trois ans.

Toute une stratégie de communications et de marketing a été élaborée par Nolicam, qui a fait appel aux services de l’entreprise Perséides Technologies pour élaborer un plan d’action concret. Lundi dernier, le nouveau site Internet a été mis en ligne. Tout cela tombe à point puisque Nolicam, qui emploie environ 300 personnes, vient de décrocher un important contrat à l’Usine Alma de Rio Tinto (RT). Cela nécessite l’embauche rapide d’une quinzaine de personnes.

Comme l’explique la copropriétaire et directrice générale, Marjorie Côté, les emplois offerts par le sous-traitant, qui agit principalement auprès de RT, sont alléchants puisqu’ils sont assortis de salaires pouvant atteindre 26 $ l’heure.

Nolicam oeuvre principalement en aluminerie. Son principal client est le Complexe Jonquière de Rio Tinto. L’entreprise vient tout juste de décrocher un contrat à l’aluminerie d’Alma, lequel nécessite l’embauche immédiate d’une quinzaine de travailleurs.

Si certains secteurs nécessitent de détenir des qualifications précises, comme les postes de chauffeur de camion ou de mécanicien par exemple, d’autres, comme le métier d’opérateur, ne requièrent pas de diplôme particulier.

Avec le lancement d’un nouveau site web et d’une plateforme de recrutement, Nolicam et sa branche d’impartition, Axcio, veulent attirer de nouveaux employés, dont des chauffeurs de camion, des mécaniciens et des opérateurs de machinerie en usine.

Selon la directrice, l’entreprise se démarque sur l’échiquier industriel régional parce qu’elle accorde beaucoup de temps et d’argent à la formation. Cela peut cependant s’avérer être une arme à double tranchant, précise-t-elle, puisque lorsque la grande entreprise a des besoins de main-d’oeuvre, elle vient souvent piger à même les travailleurs qui figurent sur la liste de paie de Nolicam. D’où l’importance d’accroître le bassin d’employés. Pour ce faire, Nolicam et son pendant ressources humaines, Axcio, veulent faire parler d’elles. Sur la toile, certes, mais aussi sur le terrain.

« Récemment, on est allés à Festicam, à Saint-Honoré, pour rencontrer les gens et leur dire qui on est. L’idée est d’être présents sur le terrain, se faire voir et expliquer qui nous sommes. On veut rester au-devant du peloton », image Marjorie Côté.

L’équipe de ressources humaines de Nolicam s’est soumise à une formation en marketing et en stratégies numériques grâce à l’apport d’Emploi Québec. Le travail de promotion et de recrutement traditionnel se poursuivra, mais la compagnie a la ferme intention d’aller joindre les futurs employés là où ils sont : sur Internet et les réseaux sociaux. Une page Facebook a aussi été créée.

« Notre plus grande richesse, c’est nos travailleurs. On a besoin d’eux et on veut aussi avoir les meilleurs. En ce moment, on essaie des choses. On veut surprendre les gens et aller à leur rencontre à des endroits où ils ne s’attendent pas de nous voir. On carbure aux projets et aux défis et ça se traduit dans nos stratégies de recrutement », note la copropriétaire et directrice générale, Marjorie Côté.

Programme de Référencement

En plus de son portail, sur lesquels les postes disponibles sont affichés, Axcio a mis en place un programme de référencement. Il sera possible, pour des employés, de recommander de nouveaux candidats. Faire ainsi les enrichira d’une prime de 100 $. Ils deviendront aussi admissibles au tirage d’un crédit voyage de 1000 $ .

« On démontre l’importance qu’on accorde aux membres de l’équipe. L’entreprise veut montrer son côté dynamique, avant-gardiste et humain et prouver qu’il est possible d’avoir une carrière prospère dans une entreprise en pleine expansion, sans quitter la région », enchaîne la directrice générale et copropriétaire.

+

«IL FAUT SE RENDRE INTÉRESSANT»

Le volet impartition, ou sous-traitance, permet à Axcio de prendre en charge tout l’aspect ressources humaines chez ses clients. Cette division a vu le jour il y a une dizaine d’années et Marjorie Côté souligne que ce type de service «clé en main» fait mouche en entreprise. 

«On prend en charge tout un secteur d’opération au complet en fournissant des travailleurs, des superviseurs et en assumant tout le volet RH», poursuit Marjorie Côté.

La gestionnaire confie qu’environ 40 000$ ont été investis pour déployer la stratégie Web et numérique et pour placer les noms Nolicam et Axcio dans le vocabulaire des régionaux. 

«On a lancé le site lundi dernier et déjà, on voit les répercussions. On est très contents de notre nouvelle stratégie. On brasse un peu les cartes. Ce n’est plus comme avant. Il faut se rendre intéressants, se faire connaître. On arrive encore à embaucher et à combler nos besoins, mais force est de constater que c’est plus de travail, de temps et d’efforts qu’il y a quelques années. On essaie d’attirer les gens vers nous et les séduire. Parfois, on a l’impression que ce sont les candidats qui nous passent en entrevue plutôt que le contraire», met-elle en relief, ajoutant que cela ne pose pas problème puisque cette situation reflète la réalité du marché du travail d’aujourd’hui