La construction de 77 unités de logement sur la rue des Mouettes a permis à Saguenay d’augmenter la valeur immobilière du secteur.

Mission accomplie pour Doré

Il y a à peine 10 ans, en 2008, les secteurs de la rue des Mouettes et de la voie de contournement de Mellon, à Jonquière, n’étaient que de grands champs où le foin et les brindilles poussaient au gré de la météo.

Lorsque le promoteur immobilier Roger Doré est venu annoncer en 2008 des développements majeurs de plusieurs millions de dollars pour le secteur de la rue des Mouettes à Jonquière et en 2012 pour le secteur de la rue Mellon, il a suscité des railleries de plusieurs intervenants. Aujourd’hui, 10 ans plus tard, il peut dire mission accomplie.

Aujourd’hui, en 2018, de nombreuses résidences ont poussé dans les deux secteurs, de même que les commerces Pro Nature, McDonald’s et un bureau d’affaires sur Mellon. Sur des Mouettes, un dépanneur et une station-service sont apparus. La valeur immobilière, pour le service des taxes de Saguenay, montre que les investissements ont dépassé les 35 millions de dollars et devraient se rapprocher, dans les années à venir, des 80 M$ d’investissements privés dans ces deux secteurs.

À l’époque, les Développements Cerfico s’étaient portés acquéreurs de plus de 330 000 pieds carrés de terrain dans le secteur des Mouettes et en avaient acheté tout près de 6 millions dans le secteur Mellon.

Ces terrains ont ensuite été revendus à des entreprises désireuses de réaliser des développements domiciliaires et commerciaux.

« Je me souviens très bien des commentaires de certaines personnes à l’époque. Bien des gens ne croyaient pas que nous pourrions développer ces deux secteurs, que les investissements annoncés n’étaient pas réalisables », explique Roger Doré, promoteur immobilier, lors d’un entretien avec Le Quotidien.

« Je veux simplement faire une mise à jour du dossier, démontrer ce que nous avons fait depuis les 10 dernières années. Nos investissements atteignent plus de 35 millions de dollars et le développement n’est pas terminé », poursuit le promoteur.

M. Doré précise que le secteur de la rue des Mouettes compte maintenant 77 jumelés qui ont tous été vendus et dont la valeur de taxation dépasse les 15 millions de dollars.

De plus, des promoteurs ont fait construire un dépanneur et une station-service sur la rue des Mouettes, dont la valeur est de près de deux millions de dollars.

« Nous possédons encore plus de 40 000 mètres carrés de terrain (plus de 120 000 pieds carrés) pour le développement commercial. Même s’il est difficile d’extrapoler la valeur imposable des futurs immeubles, nous pouvons croire, en nous basant sur la valeur unitaire actuelle, que ces immeubles à venir pourraient représenter une valeur municipale de plus de 8,5 millions de dollars, ce qui ferait passer la valeur des terrains et des immeubles à plus de 25 M$ pour le secteur », expose Roger Doré.

Secteur Mellon

En ce qui concerne le secteur de la rue Mellon, le projet Le Tandem est évalué à 9 M$ présentement avec la construction d’une cinquantaine d’unités résidentielles. Lorsque le dossier atteindra sa maturité, 110 autres unités se seront ajoutées et la valeur globale du projet sera augmentée de 20 M$ pour se situer à 29 M$. De plus, 20 autres unités seront érigées aux coins Mathias et Mellon pour une valeur de 4 M$.

« Nous avons amorcé le développement du secteur commercial à l’intersection de la rue Mathias et du boulevard du Royaume. Les trois commerces (Pro Nature, McDonald’s et un immeuble à bureaux) valent 5,4 millions de dollars auprès de Saguenay. Et il reste encore beaucoup de potentiel, ce qui pourrait entraîner des investissements de plusieurs millions de dollars », ajoute M. Doré.

« Ce que nous avions promis lors du lancement des deux projets, nous l’avons livré et réalisé. Il y a encore des projets à venir et nous avons l’intention de rencontrer les élus de l’arrondissement de Jonquière pour leur faire part des projets à venir sur des Mouettes et Mellon », conclut Roger Doré.

L’arrivée des commerces de Pro Nature, du McDonald’s et d’une station-service a permis de combler un manque pour les citoyens du secteur.
Le secteur de la rue des Mouettes s’est développé avec une station-service, un Tim Hortons et un développement domiciliaire de 77 unités.

+

LE PROMOTEUR N'A PAS LANCÉ LA SERVIETTE

Si Roger Doré et ses partenaires sont parvenus à livrer l’ensemble de leurs projets pour les secteurs des Mouettes et Mellon, il n’en demeure pas moins que le projet de construction d’un hôtel sur la rue des Mouettes n’a jamais vu le jour. Le promoteur immobilier n’a toutefois pas encore jeté la serviette.

« C’est vrai que nous n’avons pas été en mesure de faire construire un hôtel dans le secteur. Il faut se souvenir que 2008 a été une année très difficile pour les affaires et que notre promoteur, qui était installé dans l’Ouest canadien, a reculé et a préféré se concentrer sur ce qui se passait dans son secteur », lance Roger Doré.

« Il y a ensuite eu un autre projet d’hôtel, mais celui-ci a été refusé par les autorités municipales. Mais je ne désespère pas. Nous allons continuer à étudier la possibilité de relancer le projet », note-t-il.

Par ailleurs, Roger Doré se réjouit de la décision des élus d’implanter le stade de soccer intérieur dans le secteur du boulevard René-Lévesque, à Jonquière.

« Je pense que ça peut véritablement revitaliser le secteur commercial de cette artère. Ça va aider », de dire celui qui est derrière le IGA Saint-Hubert et celui du boulevard du Royaume.

« J’y ai fait du défrichage et j’ai acheté les terrains pour le promoteur », dit-il.

Le conseiller municipal du secteur Mellon, Jean-Marc Crevier, se réjouit du développement domiciliaire et résidentiel dans le secteur.

« Je suis surpris de voir que ça se développe autant. Ça démontre une vitalité dans le secteur et ça permet d’offrir des services de proximité aux citoyens. Et je sais que ce n’est pas terminé », mentionne M. Crevier.

De son côté, Carl Dufour, aussi conseiller municipal dans le secteur Arvida, ne s’oppose pas à ces investissements, mais il rappelle qu’il est aussi important de s’attarder aux centres-villes de la municipalité. « Il ne faut pas laisser faire n’importe quoi. Je me suis déjà opposé à des modifications de zonage afin d’éviter de dévitaliser le centre-ville, notamment pour le volet commercial. Je crois qu’il faut être prudent », de noter M. Dufour.