Ces sacs deviendront l'alternative écologique aux minces sacs de plastique transparents proposés en rouleaux dans la section des fruits et légumes. Ils seront vendus 4,99 $ par groupe de quatre, dans une pochette réutilisable elle aussi.

Metro propose des sacs réutilisables pour les fruits et légumes (2009)

NDLR: Merci de prendre note que cette nouvelle, qui a refait surface ces derniers jours sur la toile, date de 2009, tel qu'indiqué dans l'en-tête de l'article.

La chaîne d'alimentation Metro offrira bientôt des sacs réutilisables pour les fruits et les légumes, dont la fragilité sert trop souvent de prétexte au suremballage.

Ces sacs réutilisables en filet, qui ressemblent à ceux qu'on utilise pour laver la lingerie féminine, seront disponibles en magasin à la fin du mois de novembre. Ils deviendront la solution de rechange écologique aux minces sacs de plastique transparents proposés en rouleaux dans la section des fruits et légumes. Ils seront vendus 4,99 $ par groupe de quatre, dans une pochette réutilisable elle aussi. Le tout sera parfaitement lavable.

«On fait des sondages très régulièrement auprès de notre clientèle et ça confirme ce qu'on pensait depuis un moment. Pour le sac d'emplettes, le virage est fait. Le débat se déplace et les clients sont préoccupés par le suremballage. C'est particulièrement vrai dans le cas des fruits et des légumes car c'est la première chose qu'ils voient quand ils entrent dans nos magasins», explique Marie-Claude Bacon, porte-parole de Metro, osant parler d'une première canadienne pour une grande chaîne d'alimentation.
Selon une étude interne de la bannière québécoise, trois clients sur quatre limitent leur consommation de sacs de plastique transparents et ils sont tout aussi nombreux à se dire intéressés par un équivalent réutilisable.
La chaîne espère réduire la consommation de sacs de plastiques transparents de 20 % d'ici la fin de 2010. Dans le cas des sacs réguliers, la baisse atteignait 70 % en un mois à peine, mais il y avait un incitatif financier. Mme Bacon précise cependant que «ce n'est pas dans nos plans du tout de facturer cinq sous pour les sacs transparents».
La porte-parole affirme que la chaîne est consciente des autres efforts à fournir pour éliminer le suremballage en magasin, y compris les damnées assiettes de styromousse recouvertes de pellicule plastique.
«On ne peut pas penser qu'on va éliminer les emballages au complet car il y a des questions d'hygiène et de durée de vie des produits. Parfois aussi, c'est le fournisseur qui se sert de l'emballage pour faire son marketing», fait-elle valoir avant de répéter que l'annonce de mercredi n'est qu'une «première étape».