Maxi renonce à faire des livraisons au Bas-Saguenay

À une époque où l’achat local a la cote, l’intention exprimée sur les médias sociaux par le supermarché Maxi, de La Baie, d’offrir la livraison de commandes d’épicerie sur le territoire du Bas-Saguenay a créé une mini-commotion, mercredi matin. Le commerce baieriverain a finalement décidé de faire volte-face.

Depuis lundi dernier, Maxi a décidé de mettre en place un nouveau service de prise de commandes téléphoniques assorti de la livraison à La Baie et les environs. Mercredi matin, des informations ont été publiées sur les réseaux sociaux voulant que le service soit étendu à Saint-Félix d’Otis, Rivière-Éternité, L’Anse-Saint-Jean et Petit-Saguenay. Il n’en fallait pas plus pour qu’une levée de boucliers se prépare pour s’opposer à ce nouveau service.

Parmi les maires informés de la situation, Lucien Martel, à L’Anse-Saint-Jean, a reçu l’appel d’un épicier local pour exprimer son inquiétude. « La pandémie fait en sorte qu’il y a moins de demandes parce qu’il y a moins de propriétaires qui viennent dans nos villages. Depuis que le barrage policier a été levé entre le Bas-Saguenay et Saguenay, les gens vont en ville pour acheter, mais on veut encourager les gens à acheter local », explique M. Martel. Il reconnaît que le Bas-Saguenay vit dans une situation de libre marché, mais que la situation n’est pas facile pour les commerçants locaux. C’est le cas, entre autres, à Petit-Saguenay alors que la coopérative d’alimentation éprouve des difficultés financières.

En entrevue avec Le Quotidien en fin d’avant-midi mercredi, Guylaine Boudreault, gérante du département des fruits et légumes au Marché Amyro de L’Anse-Saint-Jean était soulagée d’avoir reçu l’appel du gérant de Maxi l’informant qu’il renonçait à livrer au Bas-Saguenay. « Le gérant m’a dit de ne pas m’inquiéter, qu’il ne livrerait pas au Bas-Saguenay. Quand j’avais vu ça ce matin, je boucanais. On va quand même surveiller la situation », a déclaré Mme Boudreault.

Rejoint à son tour, Luc D’Anjou, gérant de Maxi La Baie, a confirmé que son marché d’alimentation renonce à livrer de l’épicerie au Bas-Saguenay. « C’est un malentendu qu’il y a eu sur Facebook. À 11 h, j’ai téléphoné à chacun des commerces pour les informer qu’on ne livrerait pas au Bas-Saguenay. »

M. D’Anjou a justifié la décision par la trop grande distance à parcourir, mais aussi par respect pour les commerces locaux du Bas-Saguenay.