41339849 - diverse business people on a meeting

Marché du travail: un portrait peu reluisant pour la RMR de Saguenay

Le portrait du marché du travail dans la région métropolitaine de Saguenay n’est pas des plus reluisant. Saguenay affiche un recul en terme de nombre d’emplois au cours des dix dernières années et 2018 ne fait pas exception.

L’Institut du Québec (IDQ) a publié, jeudi, ses dernières données sur les tendances du marché du travail. Le bilan 2018 révèle que le marché du travail québécois est en pleine métamorphose. Il dénote notamment un clivage entre la réalité du marché du travail de la région métropolitaine de Montréal et celle des autres régions du Québec. En 2018, le nombre d’emplois a crû de 30 200 à Montréal, alors que le reste du Québec a enregistré une baisse de 30 500 emplois.

En 2018, la RMR de Saguenay a perdu 2800 emplois, ce qui représente -3,8 %. Saguenay affiche ainsi une variation négative plus importante que Québec (-1,6 %), Sherbrooke (-3,3 %) et Trois-Rivières (-1,7 %). Des taux positifs ont été enregistrés par Ottawa-Gatineau (1,1 %) et Montréal (1,4 %).

Au cours des 10 dernières années, la création d’emplois a été positive dans presque toutes les régions métropolitaines de recensement (RMR) de la province, particulièrement à Montréal, mais pas à Saguenay.

La région métropolitaine de Saguenay a enregistré, entre 2008 et 2018, une perte de 3300 emplois, soit une variation de -4,5 %.

Au cours de la même période, 277 000 emplois ont été créés à Montréal ce qui représente une variation positive de 14,4 %. Ottawa-Gatineau a enregistré 57 900 emplois supplémentaires (8,6 %), Québec 46 200 (11,6 %), Sherbrooke 11 300 (11,8 %) et Trois-Rivières 3700 (5,2 %).

En ce qui concerne le nombre de postes vacants, la tendance est similaire dans l’ensemble de la province. La croissance du nombre et du taux de postes vacants s’accélère depuis 2017. Dans la RMR de Saguenay, il est passé de 1,8 % en 2017 à 2,5 % en 2018, des chiffres sous la moyenne québécoise établie à 2,5 % en 2017 et 3,2 % en 2018. Anne-Marie Gravel