Les membres du conseil d’administration de la Maison le Chêne, André Tremblay, André Boivin, Raynald Fortin et Denis Simard, espèrent ouvrir l’institution qui offrira des soins palliatifs cet automne.

Maison le Chêne: l’ouverture cet automne

Il ne manque que les meubles pour que l’ouverture de la Maison le Chêne soit officielle. Cette institution construite sur la rue Deschênes dans le secteur d’Arvida qui se spécialisera dans l’offre de soins palliatifs ouvrira ses portes vers le 1er octobre.

C’est le souhait qu’a exprimé mercredi le président du conseil d’administration, André Tremblay, lors de l’assemblée générale annuelle de la maison qui comporte une douzaine de chambres. Selon le rapport qu’il a présenté devant la vingtaine de membres présents, l’entrepreneur n’aurait que des travaux de finition à effectuer avant que le chantier soit terminé. Le contrat de construction de près de quatre millions, qui a coûté 900 000 dollars de plus que prévu, arrive donc à sa fin.

« Avant d’entrer en opération, il va falloir rencontrer toutes les exigences du CIUSSS. Le cahier d’agrément est un document épais, précise M. Tremblay, mais on a bon espoir de pouvoir ouvrir cet automne ». Plusieurs médecins se sont montrés intéressés à y travailler quelques heures par semaine, a fait savoir le président. La balle est donc dans le camp du CIUSSS, pour que devienne officielle la date du début octobre.

La Maison le Chêne aimerait aussi effectuer des travaux d’aménagement paysager avant d’ouvrir, mais elle privilégie le commencement de ses activités. Les travaux d’asphaltage et d’installation de gazon pourraient attendre encore une année.

Financement
Même lorsqu’elle sera en opération, l’argent demeurera le nerf de la guerre pour la maison qui offre des soins pour les personnes en fin de vie. Selon les estimations d’André Tremblay, les coûts de fonctionnement seront d’environ 1,5 million de dollars par année. De l’autre côté, les revenus récurrents qui proviendront du CIUSSS seront d’environ 900 000 dollars. Il faudra donc trouver environ 600 000 dollars supplémentaires annuellement pour que le budget de l’organisme soit équilibré. Plusieurs campagnes de financement sont toujours en cours. La principale, sous la présidence de l’homme d’affaires Richard Létourneau, vise l’objectif ambitieux d’un million de dollars. L’aide du public sera donc sollicitée pour que la maison obtienne cette somme.

Certaines demandes ont aussi été placées auprès de l’administration municipale et du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, pour obtenir des subventions supplémentaires.

Fusion administrative
L’assemblée extraordinaire de mercredi avait aussi pour but de franchir une étape supplémentaire vers la création de la La Maison des soins palliatifs du Saguenay. Ce nouvel organisme sera créé par la fusion de la Maison Le Chêne et La Maison Notre-Dame du Saguenay. La nouvelle entité regroupera tous les services que donnaient les deux organismes sous un même toit. Les deux maisons collaborent depuis plusieurs années.

Il aura fallu près de 20 ans pour que le projet de La Maison le Chêne devienne une réalité. Les premières esquisses du projet ont été lancées au début des années 2000.