Environ 75 % des ventes se font à l’extérieur de la région.

Maison du Bleuet: une bâtisse dans la mire

La Maison du Bleuet souhaite investir plus d’un million de dollars pour faire l’acquisition d’une bâtisse appartenant à la ville de Saint-Félicien, sur la route 169. Le but de l’opération : quadrupler la surface de ses cuisines pour répondre à la croissance des ventes pour les produits artisanaux.

Si la Maison du Bleuet est reconnue comme étant un magasin idéal pour les touristes de passage à Saint-Félicien ou à Val-Jalbert, plusieurs personnes ignorent que l’entreprise, qui a ouvert ses portes en 1986, produit également une centaine de produits artisanaux à base de bleuets et de chocolat, remarque Esther Cayouette, présidente de l’entreprise. « Il y a un peu plus d’un an, on a ajouté la division de chocolats haut de gamme Crucial Gourmet », ajoute Marc Cayouette, directeur général et actionnaire de l’entreprise depuis quelques mois.

Cette nouvelle gamme permet à l’entreprise de diversifier son panier de produits en offrant autre chose que du bleuet, ajoute ce dernier, ce qui nourrit la croissance des ventes. « On a une centaine de points de vente au Québec, dont un à Kuujjuaq. On en a de plus en plus en Ontario, on a fait quelques commandes en Saskatchewan et on commence à avoir des demandes en Alberta », remarque l’homme de 30 ans qui souhaite également s’attaquer au marché de Vancouver. « On a aussi deux revendeurs en France », ajoute Esther Cayouette, en soulignant qu’environ 75 % des ventes se font à l’extérieur de la région. De plus, l’entreprise fait aussi des produits pour des marques privées, un secteur également en croissance.

Pour répondre à la demande croissante, la taille de la cuisine située au sous-sol de la boutique de Saint-Félicien ne suffit plus. C’est pourquoi la Maison du Bleuet souhaite acheter la bâtisse du 559, route 169, jadis occupée par Salmotherm. L’entreprise, propriétaire des lieux, avait été évincée par Saint-Félicien en 2014 dans le but de réaliser d’autres projets, notamment avec les Serres Toundra pour y faire la culture de champignons. Étant donné que le projet n’a jamais vu le jour, la Ville devait chauffer et maintenir les installations, sans toutefois toucher de revenus.

Le directeur général de la Maison du Bleuet, Marc Cayouette, et la présidente de l’entreprise, Esther Cayouette, ont bien des projets.
La Maison du Bleuet souhaite acheter la bâtisse du 559 route 169, jadis occupée par Salmotherm.

Mais avant de faire l’acquisition de la nouvelle bâtisse, Saint-Félicien doit d’abord recevoir l’approbation de la Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ), afin de morceler le terrain.

« Le projet de la Ville consiste à morceler le terrain en deux, afin de permettre la vente des parties [du bâtiment jadis exploité par Salmotherm] séparément, a expliqué Dany Coudé lors du conseil de ville du 3 décembre dernier. La partie arrière demeurerait celle utilisée à des fins agricoles. La partie avant, qui inclut le bâtiment avant, sera vendue à des promoteurs, afin d’en faire l’exploitation ».

Ces nouvelles installations permettront à la Maison du Bleuet de quadrupler la surface de la cuisine, tout en améliorant l’accès aux nombreux autobus de touristes qui viennent y faire des achats, souligne Esther Cayouette, avant d’ajouter qu’une cuisine vitrée permettra aux visiteurs de voir le travail des artisans à l’oeuvre.

Ce déménagement facilitera l’accès à la certification HACCP, ce qui permettra d’ouvrir davantage les marchés hors Québec, remarque Marc Cayouette. Au-delà de la cuisine en tant que telle, les zones d’expédition, d’emballage et d’entreposage seront aussi améliorées.

De plus, les promoteurs caressent l’idée de créer un arrêt commercial touristique. « On veut aller chercher une couple de partenaires avec nous pour créer une destination », lance Esther Cayouette, qui est en discussion avec quelques entreprises à ce sujet.

Après le déménagement, les entrepreneurs souhaitent continuer à développer les marchés canadiens et français, en plus de percer le marché américain, commente Marc Cayouette, graphiste de formation qui réalise la conception graphique pour tous les produits de l‘entreprise.

Selon les délais de prise de décision de la CPTAQ, le déménagement devrait se faire d’ici 6 à 18 mois.