Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

L’usine Norbord à Chambord rouvrira au printemps 2021

Guillaume Roy
Guillaume Roy
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
À peine quelques semaines après la fusion annoncée avec West Fraser, Norbord annonce la relance de l’usine de Chambord pour le printemps 2021.

L’augmentation de la demande des clients est à l’origine de cette annonce qui apportera une bouffée d’air frais dans l’écosystème forestier régional. La réouverture de l’usine permettra d’écouler près de 700 000 mètres cubes de peuplier faux-tremble, qui était sans preneur depuis la fermeture de l’usine en 2008. Un beau « cadeau de Noël » à l’avance, selon le maire de Chambord. 

« C’est un très beau cadeau de Noël », a lancé d’emblée le maire de Chambord, Luc Chiasson, qui a appris la nouvelle du directeur d’usine, lundi après-midi. La nouvelle a par la suite été publiée par Norbord, par la voie d’un communiqué de presse en fin d’après-midi. 

L’annonce souligne que Norbord n’aura plus assez de panneaux OSB pour répondre à la demande d’ici quelques mois. C’est pourquoi la société terminera ses investissements pour la relance de l’usine de Chambord, au cours des prochains mois, afin de rouvrir ses portes au printemps 2021. Jusqu’à maintenant, 71 millions de dollars canadiens ont été investis, sur un total de 94 millions de dollars. Selon les dirigeants, l’usine de Chambord devrait figurer parmi les opérations les moins coûteuses de la Société lorsqu’elle sera pleinement opérationnelle.

« À terme, l’usine compte embaucher 120 personnes, ce qui en fera l’employeur le plus important de la municipalité », souligne Luc Chiasson. Avec les emplois et les retombées indirectes, l’usine est un moteur économique pour toute la région, ajoute-t-il. 

« C’est la meilleure nouvelle qu’on m’apprend depuis 12 ans », lance pour sa part Pierre-Maurice Gagnon, le président de la Fédération des producteurs forestiers du Saguenay-Lac-Saint-Jean. « Ça va nous permettre de laisser moins de bois sur le terrain et de rendre les chantiers plus rentables », dit-il. 

« Norbord a acquis l’usine de Chambord en 2016 dans le but de la remettre en production un jour, et nous sommes heureux que les conditions nous permettent maintenant de le faire », a déclaré Peter Wijnbergen, président et PDG de Norbord. « Nous avons effectué d’importants investissements et améliorations pour positionner l’usine de Chambord comme une partie importante de notre portefeuille, et elle contribuera fortement à notre capacité à répondre aux besoins de nos clients. »

Depuis la fermeture de l’usine de Chambord en 2008, le peuplier faux-tremble restait souvent sur les parterres de coupe.

Récolter 700 000 mètres cubes

Depuis la fermeture de l’usine, en 2008, qui était exploitée par Lousiana-Pacific à l’époque, il n’existe aucun preneur pour le peuplier faux-tremble. Cette essence d’arbre est souvent laissée sur les parterres de coupe ou encore vendue au rabais. Certains secteurs ont longtemps été évités, car on y retrouve trop d’essences feuillues. 

L’usine de Norbord a une garantie d’approvisionnement de 419 200 mètres cubes et l’entreprise s’attend à combler le reste de ses besoins en fibres auprès de producteurs privés ou avec le système de mises aux enchères du Bureau de mise en marché des bois. Selon Pierre-Maurice Gagnon, l’usine aurait besoin de 700 000 mètres cubes de bois par an. 

Récolter tout ce bois générera une importante activité économique. « C’est une très bonne nouvelle parce que ça va nous permettre d’ouvrir des secteurs où on retrouvait beaucoup d’essences feuillues », se réjouit Sébastien Dufour, un des propriétaires du Groupe Val, un important entrepreneur forestier de la région. Ce dernier souligne toutefois qu’il reste des ententes à ficeler pour optimiser la rentabilité des opérations, notamment en ce qui a trait au prix du bois et à la longueur des billes demandées. De plus, la planification de la récolte devra être refaite afin de combler les besoins de ce nouveau joueur.

Les investissements de 94 millions de dollars permettront de produire 80 millions de pieds carrés de panneaux OSB supplémentaires, pour une production annuelle totale de 550 millions de pieds carrés. Les panneaux OSB sont des panneaux fabriqués avec des copeaux de bois, et ils sont utilisés principalement dans la construction, notamment pour les planchers et les toitures. 

Le 19 novembre dernier, West Fraser et Norbord ont annoncé un regroupement stratégique d’entreprises, alors que West Fraser fera l’acquisition de toutes les actions de Norbord. La relance de l’usine est indépendante de ce rachat, car la transaction devrait se conclure en 2021.

Recrutement

Au cours des prochaines semaines, Norbord devra également combler ses besoins de main-d‘œuvre, en embauchant près de 90 personnes supplémentaires. La société compte offrir des postes aux anciens employés et recruter du nouveau personnel, notamment pour pourvoir des postes de journaliers, d’ingénieurs et d’autres talents techniques, ainsi que du personnel de gestion et de soutien.