Les employés syndiqués et cadres de l’Usine Alma de Produits forestiers Résolu remettent 15 000 $ à Centraide et au nouveau fonds d’urgence jeannois Mon voisin je m’en occupe.
Les employés syndiqués et cadres de l’Usine Alma de Produits forestiers Résolu remettent 15 000 $ à Centraide et au nouveau fonds d’urgence jeannois Mon voisin je m’en occupe.

L’Usine Alma de PFR donne 15 000 $ à Centraide et au nouveau fonds d’urgence

Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Les travailleurs et la direction de l’Usine Alma de Produits forestiers Résolu (PFR) donnent 15 000 $ à Centraide et au nouveau fonds d’urgence jeannois Mon voisin je m’en occupe, lancé par l’équipe du député de Lac-Saint-Jean Éric Girard.

« Je suis très fier de voir l’implication des employés afin d’aider les gens de notre communauté en cette période de grands besoins », a souligné Paul Falardeau, directeur général de l’usine Alma, par voie de communiqué, mercredi.

La pandémie de COVID-19 et les mesures obligeant une distanciation sociale créent toutefois des rapprochements communautaires, qui se traduisent notamment par un effort collectif du côté des employés syndiqués et cadres, constate PFR.

« Les travailleurs de l’Usine d’Alma sont des gens fiers et engagés, a déclaré pour sa part Jean-Pierre Rivard, président du Syndicat national des travailleurs et travailleuses des pâtes et papier d’Alma. La situation actuelle demande d’être solidaire et donc, il est tout naturel pour nous de contribuer afin de faire une différence. »

Le député caquiste Éric Girard a salué la contribution financière de l’Usine Alma de PFR au fonds d’entraide qui a été lancé mercredi.

La plateforme philanthropique vise à venir en aide aux citoyens et organismes de la circonscription de Lac-Saint-Jean touchés par la crise de la COVID-19. Les dons et les demandes peuvent être effectués via le site du fonds, au monvoisinlsj.ca.

Rappelons que des travailleurs de l’usine sont eux-mêmes affectés par les impacts de la crise sanitaire de la COVID-19 en raison de l’arrêt pour une durée indéterminée de la machine à papier numéro 9, une situation qui touche une cinquantaine d’employés.