Frédéric Monette, Julie Poitras-Saulnier et David Côté dirigent LOOP.

LOOP révolutionne l’industrie des jus de fruits

Dans la plus pure philosophie de l’économie circulaire, un concept émergent dont l’objectif est d’optimiser l’utilisation des ressources à toutes les étapes du cycle de vie, la Chicoutimienne Julie Poitras-Saulnier a fondé l’entreprise LOOP il y a deux ans.

Depuis, la compagnie spécialisée dans la fabrication et la distribution de jus de fruits et légumes pressés à froid, à partir de produits mis de côté par l’industrie alimentaire, a le vent dans les voiles. LOOP éveille les consciences puisque la marque fait un véritable pied de nez au gaspillage. Les produits de sa gamme sont disponibles sur les tablettes des supermarchés, de Vancouver à Saint-Jean de Terre-Neuve, et l’avenir semble prometteur pour la PME qui emploie près d’une vingtaine de personnes.

Détentrice d’une maîtrise en sciences de l’environnement et développement durable, la présidente de LOOP a grandi aux côtés d’un père qui était amoureux de nature et de grands espaces. La Saguenéenne s’est toujours sentie interpellée par les enjeux environnementaux et animée du désir de protéger la planète. Créer de la valeur sans toutefois extraire de ressources lui paraissait le modèle d’affaires idéal.

Comme le précise Julie Poitras-Saulnier, les standards de qualité des supermarchés obligent leurs dirigeants à se départir de produits maraîchers alors qu’ils sont encore riches en potentiel. La présidente de LOOP, un mot anglais qui signifie boucle, signale que près de la moitié des fruits et légumes produits dans le monde sont jetés, alors qu’ils sont encore propices à la consommation.

En plus de jus pressés à froid, LOOP vient de lancer trois bières légères aromatisées faites à partir de pain rejetté. Comme quoi rien ne se perd, tout se crée.

Pour créer l’entreprise, la femme d’affaires et son partenaire, David Côté, se sont associés au distributeur Courchesne Larose. Grâce à l’obtention d’une bourse de 400 000$ décernée par Recyc-Québec en 2017, une nouvelle usine a été aménagée à Anjou. L’entreprise connaît une croissance admirable. Au cours de la première année, LOOP a généré un chiffre d’affaires d’un million de dollars. Pour l’an 2, Julie Poitras-Saulnier parle de 2,5 millions $.

«On vit dans un monde ‘‘premium’’, où l’accent est beaucoup mis sur la qualité des produits. On vise les meilleurs grains de café, qui ont poussé au-dessus d’une montagne, les meilleures oranges pour le jus. Dans ce contexte-là, on s’est demandé, au début, comment les gens recevraient nos jus fabriqués avec des produits jetés et si ça ferait peur aux consommateurs. On s’est rendu compte que ç’a été tout le contraire», raconte-t-elle.

Départ canon

LOOP a connu un départ canon. Sans même déployer de campagne promotionnelle, l’entreprise d’économie circulaire a attiré l’attention des médias grâce à sa gamme inscrite dans un créneau de niche et à sa mise en marché novatrice.

L’engouement s’est répandu jusque chez les épiciers, eux aussi confrontés au gaspillage alimentaire. De nombreuses bannières ont libéré de l’espace dans les prisés présentoirs réfrigérés pour accueillir les jus LOOP. Quatre saveurs résultant de l’amalgame d’une dizaine de fruits et légumes chacun forment l’offre de l’entreprise. Ni sucre ni eau ne sont ajoutés aux produits pressés et les jus ne sont pas pasteurisés, ce qui permet de préserver leur saveur.

Les contenants de 355 millilitres se vendent 4,99$, ce qui peut paraître cher pour du jus. Or, comme le précise Julie Poitras-Saulnier, il s’agit d’une catégorie bien différente des produits concentrés, qui comportent des ajouts pour prolonger leur durée de vie. La fondatrice de l’entreprise assure que dans la catégorie des jus pressés à froid, les bouteilles de LOOP sont les moins chères.

Par «jus pressé à froid», on entend l’action de broyer les fruits et légumes et de les presser pour en extraire le jus. Dans chaque bouteille de LOOP se trouve l’équivalent de 1,5 kg de fruits et légumes «parfaitement imparfaits», soit une dizaine de portions. Puisqu’aucune chaleur n’est impliquée dans le processus de fabrication, les jus ont une durée de vie de 60 jours s’ils sont conservés fermés et de quatre jours lorsqu’ils sont ouverts. Enfin, comme le mentionne Julie Poitras-Saulnier, l’histoire ne serait pas complète sans que l’entreprise ait pu trouver «une fin heureuse» à la pulpe résiduelle.

«Pour bien boucler la boucle et combler toute la famille, nous donnons notre pulpe encore très nutritive à une entreprise qui la transforme en gâteries pour chiens», met-elle en relief.

+

DEVENIR #1

L’objectif de LOOP est de se positionner comme un leader dans son domaine. 

«Quand on voit notre logo, c’est un gage d’économie circulaire. L’économie circulaire est un concept en émergence et Recyc-Québec a fait ses assises là-dessus récemment. Pour plusieurs entreprises, c’est une façon d’augmenter les profits sans augmenter les ventes, en limitant les pertes», pointe Julie Poitras-Saulnier. Elle cite en exemple le distributeur Courchesne Larose, qui payait 100$ la palette pour aller jeter des fruits et légumes encore tout à fait potables. 

«On transforme la perte en profits. On paie pour notre matière. C’est gagnant pour tous», note la présidente. 

Les jus sont vendus dans des contenants de plastique PET, la forme de plastique le plus recyclable et recyclé au Canada.

«On sait que la bouteille de plastique a mauvaise presse, mais étant donné que le verre est récupéré, mais qu’il n’est pas recyclé, c’était la meilleure option pour l’environnement. Les bouteilles sont fabriquées localement et se recyclent facilement», dit Julie Poitras-Saulnier, qui souhaite percer les marchés américains et européens à court terme.

+

TROIS BIÈRES LANCÉES

En plus des jus, trois nouvelles bières viennent s’ajouter à l’offre de LOOP. Dans la foulée d’un partenariat conclu avec une boulangerie, les breuvages seront concoctés à partir de pain rejeté, mais encore très bon pour la consommation. Julie Poitras-Saulnier assure que les régionaux pourront prochainement savourer ces bières acidulées, légères (3,5 pour cent d’alcool), aux arômes de lime et coriandre, citron et gingembre et fraise.