Le panier «Goute ton lac» pour le spécial de la fête des mères.
Le panier «Goute ton lac» pour le spécial de la fête des mères.

L’initiative « Goûte ton lac » fait fureur

Lancé par le CLD Domaine-du-Roy il y a quelques semaines, le projet-pilote « Goûte ton lac » vise à faire découvrir les saveurs du terroir en offrant un panier de produits locaux livré à la maison. Et le concept fait fureur, alors que les 150 paniers spéciaux préparés pour la fête des Mères se sont envolés en à peine 24 heures.

« La première semaine, on a lancé le projet avec 50 paniers, mais on a rapidement dû ajuster le tir en augmentant à 80, puis à 100 et à 150 », soutient Alexandre Danieli, conseiller en développement touristique pour le CLD Domaine-du-Roy. Cette semaine, les 150 paniers offerts se sont envolés en 24 heures. La semaine dernière, il n’avait fallu que 12 heures pour en écouler autant.

Le panier « Goûte ton lac » regroupe toujours cinq produits offerts par des producteurs régionaux. Par exemple, dans le spécial de la fête des Mères préparé pour la 4e semaine de livraison, on retrouve Fromage Desneiges, de la Fromagerie au Pays-des-Bleuets, le Miel d’été de Miel Boréal, les meringues vanille et érable de Miss Gâteaux, l’« Écorce boréale », une gâterie chocolatée de Manon B, ainsi qu’une fleur Alysse odorante de la Pépinière de Chambord. Le coût : 30 dollars, taxes et livraison à la maison incluse.

Lise Bradette, la copropriétaire de la ferme 3J à Saint-Félicien, estime que cette idée est géniale pour aider les producteurs en cette période de pandémie. « Avec la fermeture des restaurants et des hôtels, nos ventes de fromages fins ont diminué de 90 % et on s’est retrouvé en surplus d’inventaires du jour au lendemain, dit-elle. Les paniers “Goûte ton lac” nous ont permis de reprendre le dessus. »

Vendre 150 fromages d’un seul coup, ou encore 150 petits pots de miel quand on est un petit producteur en démarrage peut faire toute une différence. « Pour moi, c’est une très grosse vente qui offre une super belle visibilité à mes produits », souligne Rodolphe Bertrand, propriétaire de Miel Boréal, à La Doré, qui commence sa première vraie année de commercialisation.

Le restaurant la Faim de loup, à Roberval, a aussi fait partie du projet depuis ses débuts. « On a décidé de participer à l’élaboration de ce beau projet et de faciliter en partie la logistique », explique Andréanne Ouellette Colpron, la propriétaire. Ainsi, les paniers sont montés dans ses locaux, alors que son équipe travaille à préparer des mets à emporter.

Créer des mini ambassadeurs

« On a d’abord lancé cette initiative pour développer le terroir d’un point de vue touristique, explique Alexandre Danieli, l’initiateur du projet. On voulait démocratiser les produits locaux et favoriser les circuits courts. Plus le consommateur connaît les richesses locales, plus il va en faire la promotion. On souhaite qu’ils deviennent alors des mini-ambassadeurs des produits de la région en s’appropriant le territoire. »

Cette stratégie était déjà dans les cartons, mais la pandémie de COVID-19 a accéléré son développement, ajoute ce dernier. « On veut créer une formule clé en main pour les entreprises et les consommateurs », dit-il.

Le CLD supporte le projet en offrant de l’aide technique seulement, alors que les sommes recueillies sont suffisantes pour son autofinancement. L’achat groupé permet aux consommateurs d’avoir accès à un prix avantageux et les producteurs ont accès à un service de livraison à faible coût pour rejoindre de nouvelles clientèles à distance.

« On utilise la notoriété de toutes les marques pour toucher le plus de gens possible », note Alexandre Danieli, qui a le soutien de son collègue Gervais Laprise, conseiller en agrotourisme, pour réaliser ce projet.

Le projet pilote, d’une durée de six semaines se terminant à la fin mai, permettra de verser près de 20 000 dollars au total aux différents producteurs. Une dizaine d’entreprises ont participé au projet depuis son lancement et ce n’est qu’un début, selon Alexandre Danieli. « On va rejoindre au moins quinze entreprises d’ici la fin du mois », dit-il.

Et ce n’est qu’un début, car les promoteurs de « Goûte ton lac » aimeraient aussi travailler avec les maraîchers, au cours de l’été, en plus de développer des partenariats avec les restaurateurs pour mettre en valeur les produits locaux.