Ligne Micoua-Saguenay: les sous-traitants invités à tisser des liens d’affaires

Denis Villeneuve, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Denis Villeneuve, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Les travaux de construction de la nouvelle ligne Micoua-Saguenay d’une longueur de 262 kilomètres s’intensifieront, au cours de l’automne prochain. Il est temps pour les entrepreneurs et sous-traitants de la région de se qualifier et de tisser des liens d’affaires afin de décrocher des contrats potentiels d’une valeur de 160 M$ auprès d’Hydro-Québec et des entrepreneurs généraux préqualifiés.

C’est pourquoi la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord (CCISF), ainsi que le regroupement régional des chambres et développement économique 02, organisent avec Hydro-Québec un salon de la sous-traitance virtuelle, jeudi, le 18 juin.

Selon Marie-Claude Lachance, conseillère affaires régionales chez Hydro-Québec, ce salon de la sous-traitance vise essentiellement à permettre aux entreprises régionales de mieux connaître le projet de construction de la nouvelle ligne à travers une présentation d’une heure qui sera faite par des représentants d’Hydro-Québec, laquelle sera suivie de rencontres virtuelles individuelles avec des gens de Hamel Construction, Construction Valard, TCI Construction Arno ainsi que GLR qui sont les entrepreneurs généraux s’étant préqualifiés pour la construction de la nouvelle ligne.

Capacité régionale

Mme Lachance a mentionné que même si le Saguenay-Lac-Saint-Jean ne compte pas de fabricants d’acier oeuvrant dans le montage de pylônes électriques, de matériel de ligne ou de câblage, il n’en demeure pas moins qu’il est possible de soutirer jusqu’à 15 % de la valeur des contrats attribués. Il est question ici d’un marché maximal de 160 M$ partagé en trois contrats distincts.

Les besoins identifiés par Hydro-Québec touchent la location d’équipements lourds comme des pelles, chargeurs, bouteurs, niveleuses, la location et l’entretien de matériel roulant de chantier (camionnettes, camion-cube ainsi que de petits équipements comme des compacteurs, compresseurs, génératrices).

L’érection de tours nécessite des équipements de levage tels que des grues, charriots élévateurs, nacelles, plateformes ainsi que des équipements lourds et des matériaux granulaires pour la construction de chemins d’été et d’hiver.

Des roulottes de chantier, blocs sanitaires, de l’hébergement local pour des travailleurs hors région, du béton, du bois de coffrage figurent aussi dans la liste des besoins identifiés.

L’exercice réalisé jeudi à Saguenay a été pratiqué mercredi pour les entrepreneurs de la Côte-Nord. Un total de 38 entrepreneurs nord-côtiers se sont inscrits à ce salon virtuel. Mme Lachance n’était pas en mesure de déterminer le nombre d’inscrits à Saguenay.

Les entrepreneurs qui auront effectué les démarches devraient être mieux positionnés au moment où l’appel de propositions sera lancé, dans quelques semaines.

La nouvelle ligne qui traversera la Côte-Nord pour se rendre jusqu’au poste Saguenay, à Jonquière, sera réalisée en dix sections de différents kilométrages.

Les travaux de déboisement dans le secteur du poste Saguenay jusqu’à la rivière Bras-du-nord, sur 35 km, ont débuté l’automne dernier et ont été confiés à l’entrepreneur Midifor Inc., de Saint-Gilles, dans la région de Québec.

Les investissements nécessaires à l’aménagement de cette nouvelle ligne de 735 kV sont estimés à 690 M$.