La directrice générale du refuge, Rubie Bergeron, pose avec Sophie Boivin, la seule employée à temps plein.

Les services de Rubie sous un même toit

La directrice générale du refuge La passion de Rubie, aussi propriétaire d’un salon de toilettage et d’une pension pour animaux, déménage tous ses services sous un même toit dans le secteur Saint-Coeur-de-Marie.

L’Almatoise avait reçu de nombreuses plaintes du voisinage puisqu’elle hébergeait parfois jusqu’à 20 chiens à la fois dans sa résidence située à la sortie de Delisle sur la route 169, où elle opérait un commerce de toilettage et de pension pour animaux.

« Ça faisait presque deux ans que c’était difficile à vivre. Je me chicanais sans cesse avec ma voisine. Je comprends pourquoi les gens se plaignaient. Les chiens pouvaient être bruyants. Dès le départ, la Ville d’Alma n’aurait jamais dû me donner le permis pour opérer à cet endroit », soutient Rubie Bergeron.

Désormais, le toilettage s’effectue au deuxième étage de son refuge pour animaux, situé à environ 10 kilomètres de Delisle, alors que la garderie est au rez-de-chaussée. 

Plus d’espace, plus d’animaux

Avec cet agrandissement et ce déménagement, la Ville d’Alma lui permet pour le moment d’héberger jusqu’à 40 chiens, mais ce nombre pourrait doubler si tout se passe bien. 

« J’ai fait une demande pour 80 animaux. La Ville souhaite d’abord voir comment les choses se passent, puis nous allons en rediscuter ensemble », précise Mme Bergeron. Celle-ci ajoute qu’aucune restriction ne s’applique quant aux races de chien qu’elle peut prendre en charge. 

La Ville d’Alma avait établi deux conditions pour permettre à La passion de Rubie d’augmenter le nombre de chiens qu’elle peut accueillir. Elle devait dans un premier temps déménager toutes ses activités à son refuge de Saint-Coeur-de-Marie, puis obtenir l’accord de ses voisins immédiats. La Ville d’Alma a indiqué que depuis la convergence des activités de Rubie Bergeron dans son nouveau refuge, elle n’a reçu aucune autre plainte.

Les nouvelles installations comptent 28 enclos de tailles différentes. Les femelles avec portées ont accès à des espaces de trois mètres carrés. « Nos installations sont mieux. On n’avait pas beaucoup de place pour les chats avant, mais avec les rénovations, nous leur avons construit une belle chatterie », explique celle qui ne refuse aucun animal.

D’après Rubie Bergeron, le service de toilettage, qui est offert depuis le mois d’août à cet emplacement, est en baisse. « C’est sûr qu’au niveau du toilettage, ç’a diminué parce qu’on est plus loin. Ça fait 15 minutes de plus par rapport à notre autre emplacement, mais je n’avais pas le choix de déménager », estime la propriétaire. 

Ces enclos hébergent en ce moment entre 35 et 40 chiens errants ou abandonnés.

Moins de haine en 2018

La passion de Rubie a fait l’objet de critiques virulentes sur les médias sociaux en 2017. À la même période, l’an dernier, l’un de ses pensionnaires a attrapé la toux de chenil et sa santé s’est détériorée au point que l’animal a dû être euthanasié. 

« Nous faisons notre possible pour nous assurer que les animaux sont en santé, mais un peu comme une garderie pour enfants, il est impossible d’assurer qu’aucun animal ne tombera malade », fait valoir Rubie Bergeron.

Cette dernière espère maintenant rétablir la confiance du public.