Les gâteaux de Jean-Denis: un blogue culinaire créatif

Il y a eu Ricardo, puis Marilou. Maintenant, il y a Jean-Denis. Originaire de Saint-André, au Lac-Saint-Jean, le jeune homme de 21 ans et amoureux de la pâtisserie a bien l’intention de révolutionner le monde culinaire à partir du web. Son credo : partager des recettes simples, faciles et abordables en mettant à profit les produits du terroir.

Dans deux semaines, Jean-Denis Martel lancera un nouveau blogue. Celui qui s’est fait connaître sur Internet par l’entremise de sa page Facebook Les gâteaux de Jean-Denis veut mettre à profit ses compétences en pâtisserie et ses connaissances en marketing pour faire de son projet une réussite. 

Le blogue, qui s’appellera aussi Les gâteaux de Jean-Denis, sera une tribune permettant à l’Andréjeannois de développer sa marque. Il songe aussi à y inclure une boutique en ligne, mais ne souhaite pas en révéler tous les tenants et aboutissants pour l’instant. Emballé de se trouver enfin à l’amorce du dernier droit vers la mise en ligne de sa nouvelle plateforme culinaire, le diplômé en pâtisserie et étudiant en Techniques de gestion de commerce au Cégep de Jonquière a très hâte de présenter son bébé.

«Mon blogue va être un blogue culinaire, mais il va aussi beaucoup tourner autour du thème de l’entrepreneuriat et de la confiance en soi. Tout va graviter autour de l’univers de la pâtisserie, mais je vais également donner aux gens la confiance nécessaire pour réaliser ces desserts chez eux, dans leur cuisine. Ce qui va me distinguer, ce seront mes recettes faciles à faire et abordables. Il n’y aura pas de Photoshop pour mettre ça tout beau comme on le voit souvent», explique Jean-Denis Martel, petit-fils de l’ex-maire de Saint-André, Gabriel Martel.

Jean-Denis Martel croit que ce qui le distingue des autres cuisiniers est le fait que ses recettes sont simples, abordables et faciles à réaliser.

Cuisiner pour l’estime

Passionné de cuisine depuis qu’il est tout petit, Jean-Denis Martel s’est grandement valorisé à travers la pâtisserie. Né dans une famille de «bibittes» à sucre, le jeune homme a toujours pris un malin plaisir à concocter des plats, souvent traditionnels, avec ses grand-mères et avec sa maman. La popote a pris une place si importante dans sa vie que ses parents ont complètement réaménagé la cuisine familiale pour lui permettre de s’adonner à son loisir préféré. Jean-Denis est vite devenu maître dans l’art de fabriquer des gâteaux au fondant. Il ne peut cependant en faire le commerce puisqu’il n’est pas dûment accrédité par le ministère des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). 

La pâtisserie a permis à l’adolescent Jean-Denis de s’accrocher à un but et de ressentir de la fierté.

«J’ai eu mes petits enjeux à moi et la cuisine m’a permis d’avoir confiance. Je veux transmettre un message positif et inspirant aux personnes qui me suivent, principalement des femmes. Quand on croit en quelque chose, tout est possible. Les gens ont parfois peur de se lancer dans de nouvelles aventures ou d’oser entreprendre», croit le dynamique jeune homme qui, en plus de ses études au cégep, multiplie les projets et cumule les boulots. Il oeuvre quelques heures par semaine pour la municipalité qui l’a vu naître, ce qui lui procure le sentiment de contribuer à la vitalité de son petit coin de pays, lequel se trouve au coeur du déploiement de l’entreprise. Jean-Denis veut faire connaître les charmes de son patelin et chanter les louanges des fruits de son terroir. 

«On a des ressources culinaires impressionnantes et il n’y a pas seulement les bleuets. Par exemple, il y a les Jardins de la Martine où on peut trouver des framboises et toutes sortes de produits intéressants», fait valoir celui que les internautes connaissent comme «le gars qui fait des gâteaux».


Mon blogue va être un blogue culinaire, mais il va aussi beaucoup tourner autour du thème de l’entrepreneuriat et de la confiance en soi.
Jean-Denis Martel

Thérapie gâteau

Jean-Denis Martel continue de faire des gâteaux par plaisir, pour se défouler, pour se divertir. 

« Quand j’ai découvert les gâteaux en secondaire 3, j’ai commencé à me construire en tant que personne. Je pense que j’étais dû pour emprunter ce chemin parce que j’y suis toujours revenu après avoir changé de trajectoire plusieurs fois. Je peux passer huit heures à cuisiner en écoutant de la musique, que ce soit du Céline Dion ou du rap. Ça me permet d’installer une ambiance créative », raconte Jean-Denis Martel, qui a bien hâte de faire sa marque dans la webosphère et inviter les internautes à pénétrer dans son univers, construit de gâteau mousse, sans ingrédients superficiels. 

Récemment, Jean-Denis Martel et Émilie Gaudreault, ex-étudiante du programme Gestion de commerce au Cégep de Jonquière et présentement inscrite au programme d’administration à l’UQAC, ont agi comme ambassadeurs lors du colloque de l’Association des clubs entrepreneurs étudiants (ACEE) à Drummondville. Ils ont chacun reçu une bourse de 1000 $ remise par Loto-Québec.