Les entreprises régionales fortement touchées par la COVID-19

Denis Villeneuve
Denis Villeneuve
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Les entreprises du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont grandement affectées par la crise de la COVID-19 puisqu’un peu plus de 50 % d’entre elles ont dû fermer leurs portes à la suite de la pause imposée par les gouvernements supérieurs.

C’est ce qu’indique un sondage en ligne réalisé cette semaine par le Regroupement des chambres de commerce du Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui réunit les six chambres locales.

Ce sondage maison a permis à 170 dirigeants de PME de répondre à un sondage comportant une dizaine de questions visant à mesurer l’évolution de leur situation à la suite de la décision des gouvernements d’imposer une pause générale à compter du 24 mars jusqu’au 13 avril aux commerces jugés non essentiels. Le sondage a eu lieu entre le 30 mars et le 1er avril. Selon Sandra Rossignol, directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie, Saguenay-Le Fjord, en raison de contraintes de temps, aucune question n’a été posée concernant la localisation des entrepreneurs, soit le Saguenay ou le Lac-Saint-Jean.

Les données fournies indiquent que parmi les 51 % de répondants ayant cessé leurs activités, plusieurs ont jugé bon d’implanter le télétravail (28%), d’accentuer les ventes en ligne (8%) et de procéder à des mises à pied (23%). La fermeture des commerces ou bureaux au grand public a été imposée par 12 % des répondants.

Une majorité (53 %) a subi une grande perte de revenus, ce qui les a forcés à mettre à pied 80 % de leurs employés. Seulement 6 % affirment n’avoir subi aucune perte.

Les secteurs les plus touchés sont ceux des services de la restauration, les salons de coiffure et organismes oeuvrant en événementiel (19%), le commerce de détail (18%) ainsi que le secteur de la construction (15%).

Après la crise

Pour les nouveaux chômeurs, il y a de l’espoir pour l’après-crise puisque 58 % des gestionnaires devraient être en mesure de réembaucher les employés après la crise tandis que seulement 3% jugent qu’ils ne pourront le faire. Ces derniers oeuvrent surtout dans le secteur du commerce de détail, des services et du tourisme.

Les programmes d’aide financière annoncés par les gouvernements ont suscité de l’intérêt puisque 76 % affirment les connaître, une tendance à la hausse depuis la réalisation d’un premier sondage.

Le moral des entrepreneurs semble tenir le coup puisque 80 % des répondants affirment ne pas vivre de détresse psychologique. Parmi les 20 % en détresse, 24 % aimeraient recevoir de l’aide.

Commentant les résultats de l’enquête, Mme Rossignol constate qu’un fort taux d’entrepreneurs sont touchés par la crise. Après avoir discuté, vendredi matin avec le ministre du Travail, Jean Boulet, la direction de la chambre se demande quand l’économie régionale pourra reprendre des forces, une réponse que ne possède pas le ministre.

Compte tenu que le Saguenay-Lac-Saint-Jean, tout comme les sept autres régions nordiques fermées, sont relativement peu touchées par la COVID-19, la chambre se demande si une réouverture graduelle de l’économie de ces régions ne pourrait pas s’appliquer. Le ministre n’avait pas de réponse à donner sur le sujet, tout étant dépendant du comportement de l’épidémie.