Sandra Rossignol, directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord

Les chambres de commerce réclament des investissements

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord (CCISF) réclament des investissements supplémentaires pour rénover les aéroports et diminuer leurs charges.

Les organisations se prononcent en réaction à l’annonce du ministre des Transports, Marc Garneau. La FCCQ et la CCISF auraient souhaité que le gouvernement fédéral annonce des investissements supplémentaires pour la réfection des infrastructures ainsi que la diminution des loyers et des frais exigés aux administrations aéroportuaires.

« Ces frais importants augmentent les tarifs aériens et nuisent à la compétitivité de la desserte régionale », affirme Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ dans un communiqué. « Les infrastructures aéroportuaires sont essentielles au développement économique, notamment en région, et nombre d’entre elles ont besoin d’être modernisées », ajoute Sandra Rossignol, vice-présidente exécutive directrice générale de la CCISF.

« À l’occasion du Sommet sur le transport aérien régional, le gouvernement du Québec avait présenté plusieurs mesures que nous avions saluées, notamment en ce qui a trait à la réfection et le développement des aéroports. Nous nous attendons à ce que le gouvernement fédéral emboîte le pas », soulignent les deux intervenants.

La FCCQ et la CCISF demandent aussi au gouvernement fédéral de revoir rapidement son Programme d’aide aux immobilisations aéroportuaires. Rappelons que Saguenay a logé une demande au ministère fédéral des Transports pour refaire le tarmac de l’aérogare civile qui n’est pas en mesure de supporter les charges d’un avion gros porteur comme les Boeing 737 de Sunwing ou Air Transat, obligeant la ville à payer des navettes de la STS pour couvrir la distance entre le terminal et le stationnement des avions.

Le député fédéral Richard Martel a dénoncé la situation créée par un différend entre Transports Canada et la Défense nationale.

Les chambres de commerce estiment également que le gouvernement fédéral doit réduire les charges imposées aux aéroports sous sa responsabilité. « En plus de devoir s’autofinancer, les administrations aéroportuaires doivent payer un loyer au gouvernement, allant jusqu’à 12 % du revenu. Ce modèle a pour effet d’augmenter les tarifs, nuisant ainsi à la compétitivité de la desserte régionale », affirme-t-on dans le communiqué.

« Les sommes versées par les administrations aéroportuaires devraient être réinvesties dans la qualité des infrastructures. La réduction ou l’élimination de ces frais permettrait, par ailleurs, de réduire les taxes et frais imposés aux transporteurs et aux voyageurs », avance Stéphane Forget.

La FCCQ et la CCISF affirment que le coût élevé de vols intérieurs au Canada est en partie dû aux frais fédéraux et aéroportuaires. Un vol aller-retour de 600 $ en direction des États-Unis peut être assujetti à des taxes et frais de 165 $. Les surcharges sont limitées à 69 $ pour des vols au sud de la frontière.

« Une réduction des charges aiderait à faire diminuer le coût des billets, entre autres vers l’aéroport de Bagotville, ce qui contribuerait au tourisme et au développement économique partout au Québec », conclut Sandra Rossignol.