Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

L’économie régionale reprend des forces, selon l’ISQ

Stéphane Bouchard
Stéphane Bouchard
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Amochée par la pandémie, l’économie du Saguenay-Lac-Saint-Jean a redémarré en 2021. L’Institut de la statistique du Québec (ISQ), dans un bulletin publié lundi, prévoit une augmentation des investissements privés et publics de 14,5% pour la prochaine année.

Si les prévisions de l’ISQ sont bonnes pour presque toutes les régions du Québec, toutes sauf une retrouveront les sentiers de la croissance, le Saguenay-Lac-Saint-Jean fait figure de bon élève.

Il se classe au cinquième rang de toutes les régions pour ce qui est de l’augmentation annuelle des investissements, surpassant la moyenne nationale de 3,6%.

Ces bons résultats s’expliquent de deux manières, indique celui qui a rédigé le rapport Québec et ses régions, intentions 2021, Guillaume Marchand.

D’abord, l’année 2021 sera marquée par de fortes dépenses dans les services publics. Ensuite, les entreprises sous contrôle étranger recommenceront à investir au Lac-Saint-Jean, mais plus particulièrement à Saguenay.

Toute proportion gardée, c’est la région qui voit ses investissements étrangers augmenter le plus. Alors que les dépenses des entreprises extérieures étaient de 473,3 M$ en 2020, l’ISQ prévoit qu’elles atteindront 585,4 M$ en 2021, pour une hausse de 23,7 %.

«Cette hausse proviendrait, entre autres, de l’augmentation des dépenses d’entreprises étrangères qui ne sont pas sous contrôle états-unien», ajoute M. Marchand.

À titre de comparatif, les investissements étrangers dans l’ensemble du Québec connaîtront une baisse de 6,8%.

Moins de construction, plus de rénovation

Malgré la pandémie, 2020 aura généralement une bonne année pour l’industrie de la construction. Elle a connu une croissance d’environ 13% dans la région.

Sous ces chiffres se cache cependant un bulletin en demi-teinte. Les dépenses pour les constructions neuves ont baissé, tandis que celles pour la rénovation ont fortement augmenté.

Globalement, les chiffres de l’année marquée par la pandémie pour l’industrie de la construction sont bons. Au Québec, les investissements ont augmenté de seulement 2%.