La multiplication des vagues de chaleur et de sécheresse fera mal à la production d’orge, un ingrédient essentiel de la bière.

Le prix de la bière pourrait doubler ou tripler en raison du réchauffement climatique

WASHINGTON — Ajoutez la bière au chocolat, au café et au vin sur la liste des petits plaisirs de la vie que le réchauffement climatique pourrait rendre plus rares et plus coûteux, préviennent des scientifiques.

La multiplication des vagues de chaleur et de sécheresse fera mal à la production d’orge, un ingrédient essentiel de la bière. Un groupe international de chercheurs estime que les pertes de rendement pourront atteindre 17 %.

Cela signifie que le prix de la bière en moyenne doublera, même en tenant compte de l’inflation, selon l’étude publiée lundi par le magazine Nature Plants. Dans des pays comme l’Irlande, où le coût d’une bière est déjà élevé, le prix pourrait tripler.

Les conclusions de cette étude surviennent une semaine après la publication d’un rapport alarmant des Nations Unies sur les conséquences des changements climatiques, notamment l’aggravation des pénuries de nourriture et d’eau, les vagues de chaleur, l’élévation du niveau de la mer et les maladies.

Le coauteur de l’étude, Steve Davis de l’Université de la Californie à Irvine, a expliqué que la recherche sur la bière a été en partie réalisée pour illustrer le message insupportable que le changement climatique interférera avec de multiples aspects de notre vie quotidienne.

Moyen efficace

Plusieurs scientifiques qui ne faisaient pas partie de cette étude estiment que c’est un moyen sain et peut-être plus efficace de communiquer les dangers du réchauffement planétaire.

«L’un des plus grands défis en tant que scientifique effectuant des recherches sur le changement climatique et l’alimentation est de l’illustrer d’une manière compréhensible pour tous», a déclaré dans un courrier électronique Lewis Ziska, un scientifique du département de l’Agriculture des États-Unis. Peu de gens se plaindraient si le réchauffement climatique ruinait les choux de Bruxelles, ajoute-t-il.

Les scientifiques savent depuis longtemps que l’orge «est l’une des cultures les plus sensibles à la chaleur dans le monde», mais cette étude établit un lien entre cela et quelque chose qui intéresse les gens — le prix de la bière —, donc c’est utile, explique David Lobell, un écologiste de l’agriculture à l’Université Stanford.

Nourrir le bétail

L’orge du monde entier est utilisée à toutes sortes de fins, principalement pour nourrir le bétail. Moins de 20 % de l’orge mondiale est transformée en bière. Mais aux États-Unis, au Brésil et en Chine, au moins les deux tiers de l’orge se retrouvent dans des emballages de six, des bières en fût, des barils, des canettes et des bouteilles.

M. Davis et ses collègues ont seulement examiné la combinaison des vagues de chaleur et de la sécheresse, et non le réchauffement général qui devrait également affecter le lieu de culture de l’orge.

Si les émissions de gaz à effet de serre résultant de la combustion du charbon, du pétrole et du gaz continuent de croître, les probabilités que les conditions météorologiques nuisent à la production d’orge passeront d’environ une fois par décennie avant 2050 à environ une fois aux deux ans d’ici la fin du siècle.