Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Le milieu de travail va changer, selon un sondage

Emilie Gagnon
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Depuis plus d’un an, la pandémie a modifié considérablement l’expérience de travail des Canadiens. La plupart d’entre eux ont dû s’adapter à de nombreux changement. En effet, du jour au lendemain, le travail à distance et les horaires flexibles sont devenus une réalité pour de nombreuses entreprises canadiennes. Aujourd’hui, ils constituent la nouvelle normalité.

C’est du moins le constat qu’a fait la firme Randstad Canada dans son plus récent sondage mené au cours des derniers mois sur le télétravail durant la COVID-19. Une étude dans laquelle Randstad Canada a sondé les travailleurs canadiens pour comprendre leur expérience de travail pendant la pandémie ainsi que leurs attentes pour le milieu de travail.

Selon ce qu’y est rapporté, la majorité des employés (60 %) s’attendent à plus de changements, en plus d’un plus grand soutien de la part des gestionnaires, et à une plus grande flexibilité quant au lieu et au moment où ils travaillent.

«Les gens ont vu le bénéfice du travail à la maison. Ils se disent : ‘‘je ne suis plus dans le trafic, je n’ai plus vraiment besoin d’organsiner mon horaire de la même façon, j’ai beaucoup plus de flexibilité dans ma famille, mes heures ont été ajustées’’. On le voit aussi dans bien des cas, ça crée encore plus de productivité», soutient lors d’une entrevue téléphonique avec Le Quotidien Dominic Lévesque, président de groupe chez Randstad Canada.

Mais il y a aussi l’envers de la médaille, celui de l’adaptation. «Plus ça dure longtemps et plus c’est difficile. Le monde sera dans un monde hybride. Je pense que le meilleur des deux mondes va être quelque part dans le milieu», ajoute-t-il.

Le sondage révèle également que de leur côté, les organisations canadiennes sondées ne sont pas préparées au retour des employés dans les milieux de travail. « Est-ce que c’est parce qu’il y a des règles de santé et sécurité qui sont liées à ça et que les bureaux ne sont pas prêts?», lance Dominic Lévesque. Selon lui, ce qui est important de soulever, c’est que les entreprises se posent énormément de questions actuellement : à quoi ressemblera le bureau de demain, est-ce que nous serons encore assis l’un à côté de l’autre, aurons-nous d’aussi gros bureaux et est-ce que nous aurons des bureaux attitrés ou pas?

«Le plus important, c’est que le monde va changer. Tous les paradigmes de comment on organise le travail et comment on supporte le travail devra être repensé. Ce qui est important de prendre en compte, c’est que les gens vont prendre encore de plus en plus de place et plus ils prennent de place, plus la complexité autour des gens devient large. Les valeurs de proximité ne sont plus les mêmes. Les valeurs de collaboration, elles, sont encore là, mais elles vont changer dans leur nature. Ce sont toutes ces choses-là qui devront être repensées. Les organisations vont devoir mettre beaucoup d’accent là-dessus.»