Karine Trudel veut que les producteurs laitiers canadiens soient compensés avant les prochaines élections fédérales.

Le gouvernement est «effronté», dit Karine Trudel

La députée fédérale de Jonquière, Karine Trudel, trouve le gouvernement libéral « effronté » de demander aux producteurs laitiers plus de patience avant de recevoir les compensations promises dans le dernier budget fédéral.

En entrevue, Mme Trudel rappelle que le gouvernement a mis un chèque « qui n’avait pas de date ni de montant précis » dans le dernier budget, et que les délais sont « inacceptables ». Elle demande au gouvernement d’accélérer le processus afin que les producteurs laitiers soient compensés pour les trois accords de libre-échange que le Canada a conclus dans les dernières années. Ces accords ouvrent le marché laitier canadien aux producteurs européens, américains et asiatiques.

« On comprend l’impatience des agriculteurs. Le premier ministre Trudeau est venu à deux reprises dans la région, pour des élections partielles. Il a serré la main des producteurs en disant que nous ne ferions pas de concession sur la gestion de l’offre », affirme-t-elle, avant de préciser que Justin Trudeau n’avait pas respecté sa parole.

Lundi, le député libéral de Lac-Saint-Jean, Richard Hébert, demandait aux producteurs laitiers de la région, sur les ondes de TVA, d’être patients. Même si l’argent destiné aux producteurs laitiers dans le dernier budget devrait en théorie déjà leur être remis, le libéral expliquait qu’il fallait un délai supplémentaire avant d’envoyer les sommes promises, sans entrer dans les détails.

« Le gouvernement a eu quatre ans pour respecter sa promesse. Il doit le faire avant les prochaines élections », lance la néodémocrate.