La journaliste du New York Daily News Chelsia Rose Marcius pleure alors qu’elle quitte les locaux du journal, après avoir été mise à pied. Selon le New York Post, la rédaction du Daily News ne comptait déjà plus que 85 employés avant l’annonce de lundi.

Le Daily News ampute sa salle de rédaction

NEW YORK — La maison mère du New York Daily News a annoncé lundi en interne qu’elle supprimait la moitié des postes de la rédaction du quotidien, qui avait déjà procédé à plusieurs vagues de licenciements ces dernières années.

Selon le New York Post, la rédaction du Daily News ne comptait déjà plus que 85 employés avant l’annonce de lundi (le New York Times en compte environ 1300). Sollicité par l’AFP pour confirmer ce chiffre, le groupe de presse Tronc n’a pas donné suite.

Le plan de suppression de postes intervient un peu moins d’un an après le rachat du titre, pour un dollar seulement, par Tronc, qui détient notamment le Chicago Tribune et le Baltimore Sun.

Avant cette acquisition, le Daily News, institution à New York, avait déjà procédé à plusieurs vagues de licenciements, se séparant au passage de plusieurs de ses grands éditorialistes.

Des millions en pertes

Selon plusieurs médias américains, le titre a perdu entre 20 et 30 millions de dollars chaque année lors des derniers exercices.

Il a été pris en étau par l’ascension fulgurante du New York Times, porté par un lectorat largement extérieur à New York, et par le positionnement agressif du troisième grand quotidien de la ville, le Post.

Contrôlé par News Corp, le groupe de presse de l’homme d’affaires Rupert Murdoch, le Post est parvenu à percer sur Internet, notamment grâce à ses informations people, toujours très fournies et bien renseignées.

Toujours dépositaire d’un journalisme combatif depuis sa création en 1919, mais relativement apolitique jusqu’à récemment, le Daily News s’est érigé depuis l’élection présidentielle en bastion de la résistance à Donald Trump, à coups de titres incisifs.

«Je demande à Tronc de revenir sur sa décision et me tiens prêt à collaborer avec eux pour éviter un désastre», a écrit le gouverneur de l’État de New York Andrew Cuomo dans une déclaration publiée sur Twitter.

«Je comprends que les grandes entreprises raisonnent souvent uniquement en termes de profits et de dividendes, mais à New York, nous voyons aussi la perte d’une institution importante» et «les pertes d’emplois», a ajouté l’élu démocrate.

«Ce n’est un secret pour personne que j’ai parfois été en désaccord avec le Daily News», a de son côté tweeté le maire de New York, Bill de Blasio. 

«Mais la décision cupide de Tronc de vider la rédaction est mauvaise pour la politique locale et un désastre pour New York.»

«Tronc devrait vendre le journal à quelqu’un qui s’engage en faveur du journalisme local et à garder les journalistes sur le terrain», a-t-il proposé.

Une source proche du dossier a confirmé à l’AFP que Robert York remplacerait l’actuel directeur de la rédaction, Jim Rich, à compter du 30 juillet.

«Si vous haïssez la démocratie et pensez que les collectivités locales devraient fonctionner sans contrôle et dans l’opacité, alors aujourd’hui est une belle journée pour vous», a tweeté Jim Rich dans la nuit de dimanche à lundi.