Les deux propriétaires, Bénédict Morin et Maxence Raymond, sont conscients de l’importance de la restauration dans l’écologie.
Les deux propriétaires, Bénédict Morin et Maxence Raymond, sont conscients de l’importance de la restauration dans l’écologie.

Le Café Summum fait sa part en restauration

Bénédict Morin et Maxence Raymond ont ouvert le Café Summum de La Baie il y a 10 ans. La situation environnementale a beaucoup changé depuis et les deux propriétaires sont conscients des impacts que peut avoir la restauration sur l’environnement. Les employés doivent aujourd’hui suivre la volonté de leurs patrons à faire leur part pour la planète.

Claudia Côté, gérante du restaurant de La Baie, n’est en poste que depuis quatre mois. Dès son embauche, la question de l’environnement a été abordée.

« J’ai tout de suite pu constater la conscience écologique de Bénédict et Maxence. Pour avoir travaillé dans plusieurs autres restaurants, je peux dire que le Café Summum a un souci particulier pour la planète. »

Plusieurs exemples d’actions concrètes ont été soulignés par la gérante. L’utilisation de pailles en carton et la mise à l’écart du plastique ont notamment été nommées. Les clients qui souhaitent repartir à la maison avec leur reste de nourriture peuvent le faire avec des boîtes de carton récupérées. Les ustensiles, qui semblent être en plastique, sont en bambou et biodégradables. « Tout ce qui peut être composté est composté, et tout ce qui peut être récupéré est récupéré », a-t-elle affirmé.

La conscience écologique des propriétaires ne serait pas seulement due à leur jeune âge, selon Mme Côté. « J’espère qu’un patron de 50 ou 60 ans ferait les mêmes actions. Dans l’ère où nous sommes, chaque petit geste compte. Ce n’est pas évident de composter et de toujours tout récupérer, mais c’est important de le faire pour la planète et Bénédict et Maxence en sont pleinement conscients. Ce n’est plus une question de générations, mais bien de conscience collective. »

Frédérique Chouinard, qui travaille pour le Café Summum depuis plus de cinq ans, a pu constater l’évolution des actions mises en place par ses patrons.

« La succursale de Chicoutimi, qui est ouverte depuis seulement un an et demi, a un menu qui est 50 % végétarien/végan. Le tournant végé se fait tranquillement à La Baie aussi. »

Un plan de compostage sera également mis en place au printemps afin de réduire de 75 % les déchets dans tous leurs établissements.

+

RÉCUPÉRATION, COMPOSTAGE ET PRODUITS LOCAUX

Dans le milieu de la restauration, il est possible de mettre en place plusieurs actions pour démontrer sa conscience environnementale. Outre la récupération et le compostage, l’encouragement des entreprises locales est une bonne méthode pour y arriver, selon Claudia Côté, gérante du Café Summum de La Baie. Les propriétaires du restaurant utilisent beaucoup de produits locaux dans leurs menus, en plus de mettre en place des initiatives telles que la Marche maraîchère, visant à démontrer la possibilité de consommer régional.

Frédérique Chouinard, serveuse au restaurant depuis plus de cinq ans, explique que le principe de la marche est simple. « Les participants partent à pied du Café Summum de La Baie pour se rendre à celui de Chicoutimi. Cela équivaut à environ 25 km. Ils portent un sac sur leur dos pour leur permettre de récupérer des produits chez les marchands qu’ils rencontrent au cours de la marche. Un souper leur est ensuite préparé dans les cuisines du restaurant de Chicoutimi avec les aliments qu’ils auront récupérés. » Les profits de la marche sont remis à un organisme de la région. En 2018, l’argent a été remis à la Maison des sans-abri alors que la Maison des familles l’a reçue en 2019. 

L’initiative a été prise par Bénédict Morin, l’un des deux propriétaires. La troisième édition aura lieu en septembre prochain. Selon la gérante du restaurant, M. Morin est très avant-gardiste et créatif dans sa gestion. « Ce genre d’activité permet de constater qu’il est possible de cuisiner en utilisant des produits locaux. En cuisinant avec des produits d’ici, nous évitons qu’ils aient à être transportés par bateau ou par avion et cela a un impact direct sur l’environnement. »

En plus des valeurs environnementales véhiculées à l’occasion de la marche maraîchère, les propriétaires du Café Summum utilisent des produits locaux dans pratiquement tous leurs repas, explique Mme Côté. « Nous prenons toujours la peine d’écrire sur le menu le nom des produits locaux. De plus, aussitôt que quelqu’un nous présente un produit local, nous prenons l’initiative de le prioriser à un produit importé. » La préoccupation pour les propriétaires d’acheter local ne touche pas que les aliments, puisque 100 % de leur mobilier provient de la région.