Les besoins de main-d’oeuvre et la baisse du nombre d’inscriptions au cours des dernières années nécessitaient une réforme du DEP. Les étudiants, qui débuteront leur formation en avril, vivront maintenant 50% de leur temps d’apprentissage au CFP et 50% en milieu de travail.

L’alternance travail-études pour contrer la pénurie

Une transformation du diplôme d’études professionnelles (DEP) en soudage-montage s’amorce au Centre de formation professionnelle d’Alma. Les cours seront dorénavant offerts en alternance travail-études, avec apprentissage accru en milieu de travail. Les étudiants pourront donc être rémunérés durant leur parcours académique et les employeurs auront une solution au manque de soudeurs.

Les besoins de main-d’œuvre et la baisse du nombre d’inscriptions au cours des dernières années nécessitaient une réforme du DEP. Les étudiants, qui débuteront leur formation en avril, vivront maintenant 50 % de leur temps d’apprentissage au CFP et 50 % en milieu de travail.

« C’est le fruit de plusieurs mois de travail qui se concrétise. Le CFP d’Alma est à l’écoute des besoins des entreprises du milieu et doit constamment s’adapter pour répondre à la nouvelle réalité du marché du travail. La nouvelle formule d’alternance travail-études permettra de répondre à la problématique de la pénurie de main-d’œuvre », a affirmé la directrice du CFP d’Alma, Manon Lepage, par voie de communiqué.

Les étudiants recevront 15 $ de l’heure lorsqu’ils seront en milieu de travail durant leur formation.

Les entreprises Proco, les Industries GRC, MRFAB, Lar Machinerie, Mercier, Équipement capital et Harvey Inox participeront au partenariat.

« Nous consacrons des efforts importants chaque année afin de dénicher la main-d’œuvre nécessaire pour respecter nos contrats. La nouvelle formule où les élèves passent 50 % de leur formation en entreprise représente certainement une partie de la solution. Il y aura un emploi disponible pour les futurs soudeurs », a ajouté Raphaël Côté, de MRFAB.