La Web Shop et l’UQAC font partie de la délégation qui a accompagné le premier ministre Philippe couillard et le ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l’Allègement réglementaire et au Développement économique régional, Stéphane Billette, dans le cadre d’une mission économique en Chine.

La Web Shop et l'UQAC en Chine

La Web Shop et l’Université du Québec à Chicoutimi font partie de la délégation québécoise qui a accompagné le premier ministre Philippe Couillard et le ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l’Allègement réglementaire et au Développement économique régional, Stéphane Billette, dans le cadre d’une mission économique en Chine.

Un total de 140 organismes et entreprises issus de sept secteurs ont fait partie de la mission qui visait à diversifier et à développer de nouveaux marchés. 

« Le Québec et la Chine partagent une vision du développement économique axée sur l’innovation et la diversification des marchés. À ce titre, notre gouvernement a fait valoir, à maintes reprises, que le Québec représentait un partenaire économique de choix, grâce, entre autres, à la solidité et à l’attractivité de son économie ainsi qu’à son savoir-faire indéniable en recherche et en innovation. D’ailleurs, la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean possède d’importants atouts que nous souhaitons promouvoir auprès des intervenants de la Chine », affirme Philippe Couillard dans un communiqué. 

La Chine est le premier partenaire commercial du Québec en Asie. Il s’agit aussi de son deuxième partenaire commercial au monde. 

En 2016, les échanges commerciaux de biens entre le Québec et la Chine se chiffraient à 13,8 milliards de dollars, une hausse de 3,1 % par rapport à 2015.

« Le gouvernement du Québec déploie d’importants efforts pour mettre en place un environnement d’affaires propice aux échanges internationaux et à l’essor de l’innovation dans toutes les sphères d’activité. À l’occasion de cette mission, l’heure est donc aux rencontres et à l’établissement de partenariats fructueux afin de profiter mutuellement de ce que le Québec et la Chine ont de mieux à offrir, et ce, au profit de la croissance de nos économies respectives », conclut Stéphane Billette