La saison de l’agrotourisme bat son plein au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Alors que plusieurs secteurs ont souffert des conséquences de la pandémie de COVID-19, la saison de l’agrotourisme bat son plein au Saguenay-Lac-Saint-Jean. La majorité des producteurs remarque une hausse de l’achalandage et de la vente sur leurs fermes.

L’autocueillette de petits fruits, les visites d’interprétation et l’approvisionnement aux kiosques de la ferme, des marchés publics et des marchés fermiers semblent être des activités appréciées des touristes et des citoyens de la région. 

« L’achalandage y est, les gens de la région en profitent pour visiter leur chez eux et les gens de l’extérieur, principalement ceux de Montréal sont bien présents ! Il ne faut pas lâcher, il faut continuer à se visiter pour l’économie et la survie des entreprises d’ici », souligne Pierre-Philippe Tremblay, du Domaine Le Cageot, par voie de communiqué. 

Selon plusieurs producteurs, le beau temps a certainement joué un rôle sur cette hausse de l’achalandage et des ventes, mais la COVID-19 aussi. Étant donné la plus grande sensibilité à l’achat local et l’envie de la population de rester en région pour les vacances, plusieurs Saguenéens et Jeannois ont appris à découvrir de nouveaux attraits du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« Nous avons plus de clients, qui achètent davantage. En comparant les données actuelles avec celles de l’an dernier, nous enregistrons des records de vente à notre marché fermier du samedi », confirme Réjean Côté, de Merci la Terre.

Selon un communiqué de presse dévoilé par la Table agroalimentaire, gestionnaire de la Zone boréale, les producteurs ont le souci d’offrir une expérience de qualité à leurs visiteurs et démontrent une capacité d’adaptation en trouvant des solutions innovantes pour respecter les mesures recommandées par la Santé publique.

Connaître l’offre

Afin d’aider le consommateur, de la promotion constante est effectuée sur les différents canaux de communication la Zone boréale. 

« Pour le consommateur, il est facile de s’informer sur les arrivages, les périodes et endroits pour l’autocueillette de fraise, camerises, framboises, cerises, bleuets et autres ainsi que sur les activités phares pour s’approvisionner localement comme les marchés fermiers et publics », peut-on lire dans le communiqué.