La vice-présidente de la Saint-Vincent de Paul Saint-Joseph d’Alma, Olivette Couture, demande l’aide de l’administration municipale, car les locaux qu’occupe l’organisme sont utilisés à leur plein potentiel.

La Saint-Vincent de Paul Saint-Joseph manque d’espace

La Saint-Vincent de Paul Saint-Joseph a lancé un appel à l’aide lors du dernier conseil municipal d’Alma en remettant une lettre aux conseillers. Les bénévoles manquent cruellement d’espace pour entreposer les vêtements et divers objets qui sont donnés par la communauté.

« Nous avons agrandi par en dedans, comme on dit. Mais, nous sommes au bout du rouleau », explique la vice-présidente, Olivette Couture, rencontrée par Le Progrès sur place.

L’endroit est une caverne d’Ali Baba. « On essaie d’avoir de tout. Des vêtements pour toutes les saisons, de toutes les grandeurs, pour tous les genres », affirme-t-elle.

En entrant dans le corridor de ce qui a déjà été une école de quartier, il y a des étalages de chaussures ; dans la première pièce à gauche, une douzaine de tringles à deux étages pour suspendre des vêtements pour enfants et pour hommes. « Avant, il n’y avait qu’un seul étage, mais on a réussi à en ajouter un deuxième », explique Mme Couture. Au fond de la pièce, au-dessus des tringles, des boîtes s’empilent jusqu’au plafond. « Ce sont les vêtements pour l’été. Nous devions faire de l’espace pour ceux d’hiver », précise la bénévole.

Les autres pièces sont dans le même état. Des boîtes pleines de vêtements, de chaussures, de vaisselle ou de draps s’entassent un peu partout dans les trois pièces, ainsi que dans le corridor central des locaux qu’occupe la Saint-Vincent de Paul Saint-Joseph. « Considérant notre achalandage de plus en plus grand, et l’impossibilité pour nous d’accueillir des gens et de trier les dons en même temps, nous sommes ouverts au public seulement deux après-midi par semaine. Nous avons besoin du peu d’espace disponible pour recueillir les dons et les trier. Le seul endroit où on peut faire ça, c’est dans le corridor », raconte Mme Couture.

Elle souligne aussi le manque de sécurité de l’endroit. « Quand il y a beaucoup de monde, c’est pratiquement impossible de respirer. »

Les 28 bénévoles de l’organisme à but non lucratif demandent l’aide d’Alma. Pour l’instant, les locaux, qu’ils occupent depuis 44 ans, sont gratuits, c’est-à-dire qu’ils ne paient pas de loyer. « Nous espérons que cela reste comme cela, parce que l’argent que nous récupérons avec la vente des vêtements, nous la redonnons, par exemple sous la forme de paniers d’épicerie. »

Alma a promis à Mme Couture et à son équipe de se pencher sur le dossier. La conseillère du district 7, Audrée Villeneuve, a d’ailleurs soutenu la demande de l’organisme lors de la séance de mardi soir. « Je suis allée les voir, et ils n’ont plus d’espace pour une paire de chaussettes de plus », a-t-elle fait valoir.