Le projet de réfection des fours à l’Usine d’Alma suit son cours, mais le rythme sera ralenti, confirme la direction de Rio Tinto.
Le projet de réfection des fours à l’Usine d’Alma suit son cours, mais le rythme sera ralenti, confirme la direction de Rio Tinto.

La réfection des fours ira de l’avant à Alma, malgré la crise

Malgré la crise sanitaire, le projet de réfection des fours à cuisson des anodes suit son cours à l’Usine Alma de Rio Tinto. Un peu plus de 135 millions $ seront investis dans ce chantier qui permettra à la multinationale de renouveler son équipement qui arrive à la fin de sa vie utile après 20 ans d’opération.

Les retombées économiques régionales sont estimées à 95 millions $, selon l’entreprise, alors que plus de 200 travailleurs de la construction sont attendus sur le chantier au cours des prochains mois. Mais pour répondre aux exigences de la direction de la santé publique, le rythme des travaux sera ralenti et ils seront davantage échelonnés dans le temps, confirme la direction.

« Le projet de réfection des fours à cuisson des anodes de l’usine d’Alma est un projet essentiel pour la continuité des opérations de Rio Tinto et l’intégrité de ses actifs et aura, sur plusieurs mois, des retombées économiques importantes pour la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. En le poursuivant, Rio Tinto protège la santé et la sécurité de tous les travailleurs. Nous collaborons avec tous les intervenants internes et externes, y compris l’entrepreneur, pour s’assurer que toutes les mesures préventives appropriées soient mises en place pour éviter la propagation de la COVID-19, conformément à toutes les directives et recommandations des gouvernements du Canada et du Québec, y compris celles de la Direction de santé publique », assure la direction de Rio Tinto, dans un courriel envoyé au Quotidien.

Au cours des dernières semaines, la direction a ajouté des postes de dépistage pour accéder aux usines et a renforcé l’application des principes de distanciation sociale en favorisant le télétravail pour une catégorie d’employés. Avant d’amorcer la réfection des fours, les entrepreneurs et la compagnie ont révisé l’ensemble du projet, avec les nouvelles mesures d’hygiène. L’échéancier a été revu et les travailleurs qui arriveront de différentes régions du Québec devront se conformer à une quarantaine de 14 jours en sol jeannois, avant d’entrer dans les installations de Rio Tinto.

Selon le premier calendrier, la réfection des fours devait commencer en mars 2020 pour se terminer en novembre de la même année.