De gauche à droite, Bruno Tremblay, maire de Saint-Honoré, Francis Laberge, propriétaire-brasseur, André Boily, de la SADC du Haut-Saguenay, et Steve Gagnon, de Constructions R. Gagnon et fils, se préparaient au lancement de la Microbrasserie Saint-Honoré.

La Microbrasserie Saint-Honoré lancée

La Microbrasserie Saint-Honoré a inauguré vendredi soir un concept déjà fort populaire au sein des murs du pub Le Laser de Saint-Honoré. Les fûts du maître-brasseur Francis Laberge, dont les parents sont propriétaires de l’institution bien connue de la rue de l’Hôtel-de-Ville, fonctionnent à plein régime et le jeune homme a des projets plein la tête.

En entrevue téléphonique au Quotidien, le diplômé en techniques de production en microbrasserie du Cégep de Jonquière s’enthousiasmait du succès qu’avait connu le lancement de son entreprise. « C’était plein à craquer. J’ai effectué une dizaine de visites de la microbrasserie avec de petits groupes et l’ensemble de la soirée fut une réussite », a clamé l’amateur de bières, en ajoutant que le milieu honorien avait fortement répondu à son invitation.

La production d’environ 1200 litres par mois s’écoule entièrement dans les cinq fûts du pub Le Laser. Un sixième est disponible pour une micro régionale invitée ; la Jonquiéroise Pie Braque était à l’honneur lors de l’inauguration. Parmi les types de bières qu’il est possible de déguster à Saint-Honoré, quatre ales ainsi qu’une rousse constituent la palette de dégustation qui est bien entendu appelée à changer. « La St-H20, une ale blonde américaine, ainsi que l’Hallogène, une blanche belge aromatisée au zeste d’orange et au gingembre, sont entre autres bien appréciées », a mentionné Francis Laberge. La Nitescence, une pale ale américaine, tire son nom de l’appellation du champ lexical de la lumière, en lien avec le nom du pub de ses parents.

Déjà des projets d’agrandissement et d’embouteillage sont sur la table. À court terme, le féru de bière prévoit augmenter sa capacité de production.