Sam Char, de Sunwing, est satisfait de la réponse des voyageurs du Saguenay–Lac-Saint-Jean au départ de Bagotville, pour les destinations soleil. Il songe même à ajouter un vol par semaine l’été.

La clientèle sans cesse en hausse chez Sunwing à Bagotville

Sunwing fait de bonnes affaires au Saguenay. À un point tel que son vice-président exécutif pour le Québec, Sam Char, parle d’une histoire d’amour.

Une histoire qui serait beaucoup plus belle, selon lui, s’il y avait des douanes à Bagotville. Car en plus d’avoir le soleil du sud à notre porte l’hiver, le vol serait direct. Plus d’arrêt à Québec ou à Montréal. Certains avions seraient assez pleins pour justifier un vol direct, sans escale pour prendre d’autres passagers.

« Nous avons des vols qui décollent avec 100 et même 135 passagers de Bagotville (sur une capacité de 189 pour un Boeing 737). Et atterrir à Québec nous coûte de 16 000 à 18 000 $. Ce serait donc plus avantageux pour nous et pour les voyageurs du Saguenay–Lac-Saint-Jean de faire un vol direct », a expliqué au Progrès Sam Char, sans pouvoir garantir le nombre de départs sans escale.

Sunwing a des départs de 38 aéroports au Canada, mais Bagotville est le seul aéroport en région offrant plus de deux vols par semaine, faisant bien des jaloux. Mais la raison est simple, dit Sam Char : « Nous avons six départs, parce que la clientèle est au rendez-vous ».

D’ailleurs, M. Char se réjouit de l’augmentation de près de 10 % de sa clientèle l’hiver dernier, soit presque 1000 sièges de plus. « Sur nos vols combinés, la portion de passagers provenant de Bagotville augmente sans cesse, faisant en sorte que nous n’aurions plus besoin de passer par Québec, si ce n’était des douanes », dit-il, ajoutant que ce dossier relève du politique.

Il a rencontré la mairesse de Saguenay, Josée Néron, à l’occasion de sa tournée régionale mardi, et estime qu’elle est une bonne alliée pour ce dossier qui se butait, jusqu’à tout récemment (voir autre texte), à une certaine indifférence d’Ottawa.

Un rêve fou

Le vice-président pour le Québec de Sunwing se souvient de l’effet de surprise qu’il avait provoqué en 2006 lors d’une rencontre avec le maire Jean Tremblay et une brochette de politiciens, pour annoncer un premier vol vers Cuba (Holguin) à partir de Bagotville.

« On était fous, mais on a reçu un appui incroyable de la région : des médias, la clientèle et les politiciens », se souvient M. Char.

Ce dernier caresse un autre projet, celui d’ajouter une destination Sud l’été, à partir de Bagotville.

« Pensez-vous qu’il y aurait un intérêt pour un vol par semaine à partir de Bagotville pendant la saison estivale ? », nous a-t-il demandé. Des agences de voyages ont répondu oui, que la demande serait au rendez-vous. 

Avec les étés incertains, plusieurs optent pour le soleil assuré, même en juillet. 

D’ailleurs, indique M. Char, Sunwing a commencé à vendre des destinations Sud l’été à partir de Québec et de Montréal en 2007. « À cette époque, on vendait 11 000 sièges. Aujourd’hui, c’est 161 000. Il y aurait sûrement une demande pour partir de Saguenay (et compléter les vols avec Québec) », poursuit Sam Char, ajoutant que Sunwing n’est pas qu’une compagnie aérienne, mais est également un voyagiste associé avec Tui, dont la division hôtelière possède 19 000 chambres à travers le monde.

En 2018-2019, Sunwing offrira encore six départs du Saguenay vers Cancún le lundi, Cayo Coco et Puerto Plata le mardi, Cayo Santa Maria et Varadero le mercredi et Punta Cana le jeudi.

Trudeau ne dit pas non aux douanes

Le premier ministre Justin Trudeau n’est pas fermé à l’idée d’implanter un service de douanes au Saguenay.

Il a ouvert la porte jeudi lors d’un entretien qu’il a eu avec la mairesse de Saguenay, Josée Néron.

« Ma rencontre avec le premier ministre a été l’occasion de lui parler de plusieurs projets importants pour Saguenay, notamment d’offrir un service de douanes complet à Bagotville. M. Trudeau s’est montré ouvert et nous a invités à déposer notre projet dès que celui-ci sera prêt afin qu’il soit analysé », a répondu Mme Néron par courriel, lorsqu’interrogée par Le Progrès.

La mairesse, qui s’était entretenue avec Sam Char, vice-président exécutif pour le Québec chez Sunwing, deux jours plus tôt, a rappelé que « l’affluence des touristes est grandissante à Saguenay et que les douanes nous permettraient d’offrir des destinations sans escale, soit des vols directs. Obtenir un service de douanes complet aurait des retombées importantes dans la région puisque le nombre de touristes augmenterait considérablement, tout en offrant aux voyageurs de chez nous une expérience de vol des plus agréables ».

Pour répondre à l’invitation du premier ministre de déposer un projet, Josée Néron ajoute que ce sera fait dès que le gouvernement du Québec rendra disponible le programme de réfection des aéroports régionaux annoncé cet hiver lors du colloque sur le transport aérien régional.

C’est la première fois qu’Ottawa montre de l’ouverture pour un service de douanes. L’ancien député de Roberval et ministre du Développement économique, Denis Lebel, le jugeait inutile, car il ne permettait pas l’arrivée, mais le départ de touristes.