Julie Dufresne est la fondatrice et la présidente d’Emploiretraite.ca.
Julie Dufresne est la fondatrice et la présidente d’Emploiretraite.ca.

Julie Dufresne et Emploiretraite.ca charment encore les dragons

Un an après son passage marqué à l’émission Dans l’oeil du dragon diffusée à Radio-Canada, Julie Dufresne, présidente et fondatrice d’Emploiretraite.ca, était de retour au petit écran, mercredi soir. Et comme lors de sa première visite, elle a de nouveau frappé fort en annonçant une nouvelle collaboration avec l’entrepreneuse et productrice Anne Marcotte. Cette dernière forme maintenant un duo avec Nicolas Duvernois, créateur de Pur Vodka.

L’entrepreneuse saguenéenne était de retour dans le cadre des capsules Effet Dragon. Elle peut se compter privilégiée puisque seulement neuf candidats ont été choisis pour parler de leur expérience, 12 mois plus tard. Une capsule est présentée par émission tout au long de la saison. Emploiretraite.ca est une plateforme de recrutement en ligne qui aide des candidats à la retraite à effectuer un retour sur le marché du travail. La plateforme met en lien l’employeur et le chercheur d’emploi.

« Je suis vraiment fière du résultat, des commentaires des dragons et de la sincérité qui ressort de cette capsule », a réagi Julie Dufresne après la diffusion de la capsule qu’elle n’avait pas vue avant mercredi soir.

« C’était super flatteur d’être choisie, a-t-elle avoué lors d’un entretien téléphonique en après-midi. Pour nous, ç’a vraiment bien été après le passage à l’émission. On a eu 20 000 chercheurs d’emploi en deux jours et notre chiffre d’affaires a quasiment quadruplé au cours du mois suivant. Par la suite, ça s’est maintenu tout au long de l’année. J’ai été invitée à participer à des conférences, en plus d’avoir différentes propositions. C’est une vitrine extraordinaire pour une entreprise qui veut se démarquer. »

Le tournage a été réalisé lors de l’événement Expo Entrepreneurs, en février, avant le début de la crise du coronavirus et toutes les mesures d’isolement. D’un côté, Julie Dufresne est heureuse d’avoir vécu l’expérience avant qu’une bonne partie de la planète soit mise sur pause. De l’autre, elle se retrouve dans une drôle de situation puisque le contexte a passablement changé, au cours des deux derniers mois.

« Anne Marcotte a mis la main à la pâte en m’aidant et, récemment, on regardait divers scénarios, a confirmé Julie Dufresne. C’est sûr que la crise va changer beaucoup de choses dans la prochaine année. Le recrutement va peut-être être plus facile pour les entreprises pendant un certain temps, mais on a l’avantage d’avoir du personnel qualifié prêt à travailler de façon temporaire. Beaucoup d’entreprises vont y aller graduellement après la crise et il risque d’y avoir plus d’embauches temporaires. »

Effet instantané

La capsule de mercredi soir a eu un effet instantané pour Emploiretraite.ca. Le site a été inondé de visites quelques minutes seulement après sa diffusion, si bien que le serveur s’est retrouvé surchargé. En entrevue en après-midi, Julie Dufresne ne pouvait se prononcer sur l’effet qu’aurait la capsule. Elle a finalement eu une agréable surprise en soirée.

« Nos meilleurs mois de l’année sont habituellement mars, avril et mai, avait souligné l’entrepreneuse. Ça fait vraiment mal parce que c’est dans cette période qu’on a notre meilleur chiffre d’affaires. Parmi les premières annonces du premier ministre François Legault, il proposait aux retraités d’effectuer un retour sur le marché du travail pour venir prêter main-forte. On a aussitôt envoyé des infolettres et on a fait la promotion de cette annonce en faisant des publications sur les réseaux sociaux. On a envoyé des centaines de candidatures et on sait qu’on cherche encore des préposés aux bénéficiaires. On a aussi ouvert gratuitement toutes les offres d’emploi pour la durée de la crise. »

L’an dernier, après plusieurs négociations, Julie Dufresne avait conclu une entente avec Nicolas Duvernois et Vincent Guzzo, des Cinémas Guzzo. Les discussions se sont poursuivies derrière la caméra et, au final, la femme d’affaires a conservé la totalité des parts de son entreprise et la collaboration a plutôt pris la forme de partenariats au lieu d’actionnariats.

Penser aux services locaux

Il a été beaucoup question de prioriser l’achat de produits locaux, au cours des dernières semaines, pour soutenir les entreprises d’ici fragilisées par la crise du coronavirus. Julie Dufresne voit plus loin en exhortant les Québécois à prioriser les services locaux, préférant prêcher pour sa paroisse.

« On a une panoplie de services qui font travailler des gens d’ici, au Québec, a-t-elle rappelé. Il y a toutes sortes de “monstres” et d’agrégateurs de partout qui arrivent et qui ne participent pas aux efforts actuels. Les exemples sont nombreux, autant dans les compagnies financières, immobilières et d’assurances. Je ne peux pas promouvoir mon produit local sans avoir une réflexion à 360 degrés. »