Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
André Roy, directeur de projet chez Sullivan and Son.
André Roy, directeur de projet chez Sullivan and Son.

Immeuble de 65 M$ à Bagotville: Sullivan souhaite des retombées à 99 % régionales

Denis Villeneuve
Denis Villeneuve
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
L’entrepreneur ontarien Sullivan and Son, mandaté par Construction de défense Canada (CDC) pour concevoir et construire le futur immeuble de la 2e Escadre expéditionnaire au coût de 65 M$, s’engage à retourner à la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean et des environs 99 % des retombées contractuelles du projet.

Jeudi matin, la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay — Le Fjord et Promotion Saguenay ont reçu comme conférencier André Roy, directeur de projet chez Sullivan, afin de présenter l’entreprise et surtout expliquer les phases de développement du projet qui se déroulera selon le principe de la conception-construction modifiée. Sullivan a dévoilé par la même occasion ses besoins en matière d’expertise et de sous-traitance devant 140 participants virtuels ou physiques présents à ce dernier Rendez-vous d’affaires parmi lesquels on retrouvait des représentants syndicaux.

M. Roy a expliqué que Sullivan est une entreprise familiale fondée il y a 107 ans oeuvrant dans la gestion, conception et gestion intégrée d’immeubles institutionnels qui a remporté le 7 février 2020 l’appel d’offres pour la conception et la construction du futur immeuble de 150 000 pieds carrés qui sera érigé sur un terrain entre la route 170 et l’aéroport.

Le futur immeuble, qui devra être certifié LEED Argent, inclut un entrepôt de 40 300 pieds carrés, des salles de classe, une aire d’entreposage extérieur de 205 000 pieds carrés, des entrepôts, ateliers, ainsi qu’une section administrative. L’acier sera le matériau principalement utilisé tandis que le bois massif sera présent à l’entrée principale.

Le porte-parole a mentionné que l’intention de Sullivan est de faire appel aux meilleures compétences du Saguenay-Lac-Saint-Jean au niveau de la main-d’oeuvre et de la sous-traitance afin de travailler dans un esprit de travail d’équipe et de sécurité.

« Le projet ne pourra aboutir sans la collaboration de nombreuses organisations. Il y a des possibilités de création d’emplois au sein de plusieurs sous-traitants et pour plusieurs corps de métiers que ce soit pour la fourniture de clôture, matériaux, peinture, coffrages, aménagement extérieur ou l’excavation. On aura besoin de plusieurs entrepreneurs et sous-traitants. »

André Roy, directeur de projet chez Sullivan and Son.

Selon les chiffres avancés, une soixantaine de sous-traitants seront actifs après l’attribution d’une centaine de contrats. Entre 125 et 150 travailleurs seront à l’oeuvre pendant la période de pointe d’une durée d’une année. Au total, 2000 travailleurs exerceront leur métier sur le chantier qui doit pendre fin en 2025.

Parmi les besoins particuliers, M. Roy a mentionné que Sullivan entend embaucher une équipe de gestion purement québécoise qui comprendra un superintendant, des surintendants, deux coordonnateurs de projet, des experts en normes LEED, un directeur de sécurité et un administrateur. « On a besoin de gens d’ici. On n’a pas l’intention d’apporter des gens d’Ontario. La recette du succès sera de travailler avec les gens locaux », a déclaré M. Roy.

Parmi les informations transmises, M. Roy a expliqué que le projet se déroulera en deux étapes distinctes. La première est l’étape du « design ». Déjà, quatre phases sont franchies et dès aujourd’hui, vendredi, un rapport doit être soumis à CDC. La phase des dessins d’exécution se déroulera jusqu’en février 2022.

Des appels d’offres seront lancés d’ici la fin de 2021 qui serviront au dépôt de la soumission financière à CDC quelque part au début de 2022.

Si tout va comme prévu, l’ouverture du chantier se fera au début de mai 2022 avec la coulée des fondations en septembre. La phase de construction devrait s’étaler sur 36 mois.

En attendant le début des travaux, Sullivan invite les entreprises régionales à se faire connaître et à faire connaître leurs services et expériences en utilisant les services de la Chambre de commerce. Certaines sont invitées à se faire accréditer auprès de CDC afin de répondre aux normes de sécurité en ce qui a trait à certaines parties sensibles de l’immeuble à construire.

André Roy, directeur de projet chez Sullivan and Son.

L’automne prochain, un salon de l’emploi devrait être organisé relié à ce projet spécifique.

Chose certaine, le projet suscite l’intérêt du milieu d’affaires régional, selon Sandra Rossignol, directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay — Le Fjord. Cette dernière s’est dite épatée d’une si forte participation des entreprises, et ce, en plein milieu du mois de juin.