L’usine de Graphic Packaging a été fermée durant l’été 2015. Depuis, un homme a fait une chute mortelle en voulant récupérer du matériel et d’innombrables incendies ont été déclenchés.

Graphic Packaging passe tout droit

Le député péquiste de Jonquière Sylvain Gaudreault se « scandalise » que lundi, date fixée par la ministre de l’Environnement pour débuter les travaux préparatoires à la démolition de l’ancienne usine de Graphic Packaging, rien ne semblait avoir bougé sur le site considéré comme dangereux.

Selon les informations du député provincial, l’entreprise avait jusqu’au 1er juin pour fournir les derniers éléments demandés par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques (MDDELCC) afin de compléter l’analyse du plan de réhabilitation. Graphic Packaging ne s’en serait acquittée que très tard vendredi soir, de sorte que le ministère n’était pas en mesure de délivrer un certificat d’autorisation des travaux pour le 4 juin, malgré son échéancier fixé en mars.

« Ce qui me renverse, c’est que la ministre [Isabelle Melançon] n’a pas été capable de faire respecter l’engagement qu’elle avait pris devant moi, au Parlement, s’insurge Sylvain Gaudreault en entrevue téléphonique. J’ai appelé à son cabinet et on m’a dit, à cause de mes démarches dans ce foutu dossier, que le certificat d’autorisation pourrait être émis d’ici 48 heures, donc mercredi. Et là, la Ville de Saguenay pourra délivrer un permis d’autorisation, mais ça prendra encore 48 heures, donc on prend du retard jusqu’à vendredi. »

Toujours facile d’accès
En tant que dernière entreprise à avoir été active sur le site du chemin de la Cartonnerie, Graphic Packaging est aussi responsable que la compagnie propriétaire, Bayshore, pour les obligations environnementales. Même s’il manque des permis, rien ne les empêche de préparer les lieux où un homme est mort après une chute et où de nombreux incendies ont été allumés.

« On pourrait installer des clôtures, des échafauds, apporter l’équipement, octroyer les contrats. Rien de tout ça n’a été fait. Donc, imaginons que tous les papiers sont prêts vendredi, il y a un appel d’offres et une soumission est acceptée. Ce sera bientôt le congé de la Fête nationale, puis de la Confédération, puis les vacances de la construction... Ça nous mène où ? L’été est à nos portes et le site est dangereux, toujours facile d’accès », s’inquiète celui qui est porte-parole en matière d’environnement pour le Parti québécois.

Rappelons qu’une rencontre s’est déroulée le 28 mai, dans les bureaux de la Direction régionale de l’analyse et de l’expertise du MDDELCC, avec les représentants de Bayshore et de Graphic Packaging. Le lendemain, le vice-président santé, sécurité et environnement de cette dernière, Walter Bowles, s’est vu transmettre une lettre à Atlanta par la direction régionale, et dont Le Quotidien a obtenu copie.

« Tel que discuté, le Ministère tient à vous rappeler que vous pouvez, dès maintenant, mobiliser vos équipes sur le site afin d’exécuter les travaux à caractère non environnemental en vue du démantèlement des bâtiments », peut-on lire.

Des initiatives pouvaient donc être prises même avant le 4 juin. L’usine a été fermée à l’été 2015.