Alexandre Cloutier a accepté la présidence d’honneur de la 35e Journée de conférences du Réseau Environnement.

Grands projets: un débat basé sur des faits scientifiques

Au moment où le débat entre les environnementalistes et les fervents du développement économique se polarise autour des grands projets en gestation à Grande-Anse, le Réseau Environnement sent le besoin de proposer un forum de discussions axé sur des faits scientifiques. Le 25 avril aura lieu une journée de conférences sous la présidence d’honneur d’Alexandre Cloutier, vice-recteur aux partenariats et secrétaire général de l’UQAC.

Normand Villeneuve, ingénieur chez Norda Stelo et bénévole au sein du Réseau Environnement, un organisme qui représente plus de 2000 professionnels en environnement à l’échelle provinciale provenant des domaines public, privé, municipal et parapublic, explique qu’avec les discussions entourant les projets d’Ariane Phosphate, Énergie Saguenay et Métaux BlackRock, il est intéressant de dresser un portrait de l’état des recherches touchant certains sujets reliés à ces projets.

« Nous sommes des scientifiques. L’objectif de cette journée est de faire le portrait de l’état de la recherche dans divers domaines afin que les gens aient accès au plus grand nombre de données factuelles possibles », explique M. Villeneuve.

L’exercice axé sur la discussion et le respect ne vise pas à convaincre tel ou tel groupe que les projets cités plus haut sont bons ou mauvais pour l’économie ou pour l’environnement.

Normand Villeneuve affirme que l’information scientifique permettra d’informer le public sur les enjeux des grands projets à Grande-Anse.

La journée de conférences sera inaugurée par Carl Laberge, directeur de Port Saguenay, qui fera une présentation de la Zone industrialo-portuaire du Saguenay, suivi par une conférence du chercheur Claude Villeneuve, titulaire de la Chaire de recherche en éco-conseil de l’UQAC qui entretiendra son auditoire sur la notion du développement durable.

Véronique Nolet, d’Alliance verte, un programme de certification environnementale pour l’industrie maritime nord-américaine, entretiendra son auditoire sur les enjeux environnementaux prioritaires des grands projets industriels et des 12 indicateurs de rendement distincts. Alliance verte regroupe 130 armateurs, des ports, des terminaux, les corporations de la Voie maritime et des chantiers maritimes. Ils se donnent comme critères à leur certification de mesurer annuellement leur performance environnementale à l’aide des guides d’autoévaluation du programme environnemental et des vérifications externes effectuées par un vérificateur indépendant. Mme Nolet fera le point sur l’enjeu du bruit sous-marin et comment celui-ci a été travaillé en partenariat avec divers participants et collaborateurs.

En début d’après-midi, Robert Michaud, du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), discutera des études portant sur la faune marine présente dans le Saguenay et le Saint-Laurent, dont le béluga, une espèce menacée. Dans le même bloc, Lyne Morissette, experte en mammifères et écosystèmes marins pour le Bureau d’information maritime (BIM), sera également présente afin de faire le bilan des recherches en cours.

La dernière conférence sera donnée par Éric Houde, du Centre d’expertise en gestion d’incidents maritimes, un organisme dont le rôle est d’offrir une expertise-conseil dans la gestion des risques liés aux incidents maritimes au Québec, en se dotant des meilleures pratiques avec les partenaires.

Selon Alexandre Cloutier, l’un des avantages de cette 35e journée de conférences est de pouvoir partager de l’information, et ce, en toute transparence, dans un cadre technique et scientifique, mais surtout en tout respect des opinions des uns et des autres. Environ 200 personnes sont attendues au Pavillon des croisières de La Baie.