Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

GNL Québec confirme un partenariat avec un terminal d'importation allemand 

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Le promoteur GNL Québec, qui veut construire un terminal méthanier sur la rivière Saguenay, a signé une entente avec le terminal d'importation allemand Hanseatic Energy Hub, de l’entreprise Buss Group. Ce partenariat stratégique prévoit la mise en place d’une «chaîne d’approvisionnement à faibles émissions» de gaz naturel liquéfié.

Les deux entreprises ont publié un communiqué de presse pour confirmer la signature de l’entente, après que Le Devoir ait rapporté cette information, il y a quelques semaines. Il s’agit d’une bonne nouvelle, arrivant à point nommé pour GNL Québec, qui rencontre certaines difficultés.

« Avec cette annonce, le projet Énergie Saguenay franchit un nouveau jalon important de son développement et nous sommes enchantés de travailler en partenariat avec les actionnaires de Hanseatic Energy Hub. Nos deux entreprises partagent une mission, une vision et des valeurs communes, favorisant l’accélération de la transition énergétique et la lutte contre les changements climatiques », précise le président de GNL Québec, Tony Le Verger.

Le projet consisterait à transporter du gaz naturel liquéfié (GNL) à partir des installations projetées en bordure du Saguenay jusqu’au port de Hambourg, en Allemagne. Energy Hub procéderait à la regazéification des chargements provenant du Québec pour distribuer le tout en Allemagne.

« Dans le cadre de cette entente, GNL Québec et Hanseatic Energy Hub exploreront des solutions réglementaires et technologiques portant sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement afin de surveiller et de réduire les gaz à effet de serre (GES) associés à chaque chargement, y compris le traçage des molécules à l’aide de la technologie de chaîne de blocs (blockchain) », précise le communiqué des deux sociétés.

Le groupe allemand voit en ce partenariat une occasion unique d’offrir à l’Allemagne du GNL canadien à faible empreinte en carbone, dans le cadre de la transition énergétique visant le remplacement du charbon.

« Ce partenariat constitue la base pour fournir du GNL canadien à faibles émissions de GES au secteur industriel allemand. Nous avons l’assurance que cette entente soutient le partenariat énergétique noué entre les gouvernements de nos deux pays en mars dernier. Notre vision à long terme consiste à faire de Hanseatic Energy Hub un terminal de premier plan qui fournira des carburants neutres en carbone, comme de l’hydrogène, à notre secteur industriel », indique Manfred Schubert, directeur général et actionnaire de Hanseatic Energy Hub.

Le président de GNL Québec, Tony Le Verger

« Ce partenariat stratégique aide GNL Québec à atteindre ses objectifs de réduction des émissions de GES à l’échelle mondiale. Nous comprenons les tendances sous-jacentes et l’importance grandissante du traçage de chaque molécule jusqu’à son origine. Nous sommes ainsi très heureux de collaborer avec notre nouveau partenaire pour mettre au point des solutions qui pourraient fournir aux consommateurs sur les marchés finaux de l’information plus complète et exacte sur l’empreinte carbone de notre GNL canadien à faibles émissions de GES », a conclu Tony Le Verger.