Les garages GCR Pneus et Services de Chicoutimi, Jonquière, Alma et Roberval ferment leurs portes. Au total, ce sont 17 magasins et trois usines de rechapage de pneus qui cessent leurs activités à travers le Canada.

GCR ferme ses portes

La région n’échappe pas à la vague nationale de fermetures de l’entreprise GCR Pneus et Services. Les garages de Chicoutimi, Jonquière, Roberval et Alma ont fermé leurs portes.

L’entreprise a annoncé la fermeture de 17 magasins à travers tout le Canada et de trois usines de rechapage de pneus, dont deux dans les Maritimes. Par voie de communiqué, la direction a fait savoir que la décision s’inscrit dans une réévaluation de son modèle d’exploitation afin de s’assurer de répondre aux besoins de ses clients nord-américains. Seules les succursales de Rouyn-Noranda, Val-d’Or et Chibougamau demeurent ouvertes pour desservir l’exploitation minière.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, c’était le mutisme chez les dirigeants de garage concernés et ces derniers nous ont renvoyés à un porte-parole national. Selon les informations disponibles, ce sont sept travailleurs à Jonquière et une dizaine à Chicoutimi qui ont perdu leur emploi. GCR a fait savoir qu’elle veillera à minimiser l’impact des fermetures pour ses employés, ses clients et la collectivité tout en s’engageant à les soutenir lors de la transition. 

Du côté de la FTQ, le syndicat Unifor, qui représente les employés des succursales de Jonquière et Chicoutimi, était à pied d’oeuvre mardi pour venir en aide aux travailleurs.

« C’est une triste nouvelle, car c’était de bons emplois avec de bons salaires. C’est aussi soudain pour les employés qui ont été informés à la dernière minute. Et peu importe avec qui ils sont affiliés, des travailleurs qui perdent des emplois, ça reste des drames humains », a exprimé le représentant régional de la FTQ, Marc Maltais, se montrant également solidaire envers les employés des garages de Roberval et Alma.

L’organisation syndicale ne peut pas empêcher une fermeture, mais peut aider les travailleurs de différentes façons, notamment en offrant de l’aide psychologique.

« Ce qu’on veut éviter, ce sont des drames. La santé des travailleurs est importante pour nous. On est aussi en discussion avec différents représentants syndicaux pour un possible programme de reclassement », a laissé entendre M. Maltais. 

Fermeture de Acklands-Graingers

Outre la fermeture des garages GCR, Le Quotidien a appris la fermeture, le 3 mars prochain, de la succursale Acklands-Grainger, un important fournisseur d’équipements de santé et sécurité du travail ayant pignon sur la rue Manic, à Chicoutimi, depuis une trentaine d’années. 

Depuis deux ans, Acklands-Grainger avait cessé l’embauche d’employés d’entrepôt de sorte que deux postes seront perdus le 3 mars prochain.