Myriam Savard, propriétaire de Fjord en kayak, accompagnée de Mathieu Boulanger-Messier, chef des opérations, se montre optimiste face à la saison touristique estivale.
Myriam Savard, propriétaire de Fjord en kayak, accompagnée de Mathieu Boulanger-Messier, chef des opérations, se montre optimiste face à la saison touristique estivale.

Fjord en kayak mise sur le tourisme québécois

L’incertitude entourant l’offre ou non d’activités de tourisme d’aventure l’été prochain n’empêche pas la direction de l’entreprise Fjord en kayak, de L’Anse-Saint-Jean, de faire preuve d’un certain optimisme reposant sur la projection que les Québécois décideront d’explorer leur coin de pays cet été.

Jeudi dernier, Myriam Savard, propriétaire de l’entreprise depuis 2018, après avoir racheté les actifs de Sylvie Major et Louis Dubord, était au volant de son véhicule tirant une remorque contenant ses kayaks de mer qui vogueront ou non sur les eaux de l’Anse et du fjord du Saguenay. Elle était accompagnée de Mathieu Boulanger-Messier, chef des opérations.

Pour le moment, impossible d’offrir des forfaits aux touristes, puisque la Santé publique interdit encore le kayak de mer autrement qu’en solo. « On est dans le tourisme d’aventure dans un créneau spécifique. L’Alliance touristique nous envoie de l’information, mais on travaille également avec Aventure écotouristique du Québec, qui regroupe les professionnels en tourisme d’aventure, incluant les parcs régionaux. On attend l’autorisation », explique Mme Savard.

Depuis cinq ans, la pratique du kayak de mer sur le Saguenay via Fjord en kayak connaît une hausse de popularité, selon M. Boulanger-Messier. Certains guides étaient au travail de 50 à 70 heures par semaine, selon lui.

En attendant le feu vert, il faut procéder à certains réaménagements du stand situé près de la marina et acquérir du matériel pour l’accueil afin de protéger le personnel et les clients. « Il va y avoir une saison touristique cet été. La ministre Caroline Proulx l’a dit. On a la chance d’offrir des services où la distanciation est facile à aller chercher puisqu’en kayak sur l’eau, c’est facile », explique-t-elle.

L’entreprise qui, habituellement, débute ses opérations le 15 mai, devrait entamer ses activités à la mi-juin, mais M. Boulanger-Messier croit que de façon réaliste, le 1er juillet sera la date de départ.

Les années passées, Fjord en kayak embauchait une quinzaine de guides à temps complet. Elle prévoit ne pas rappeler au travail 50 % de ses guides. « On vient de perdre 65 % de notre clientèle avec l’absence de touristes de France et de l’Europe francophone », affirme Mme Savard.

Au cours des années antérieures, jusqu’à 4500 touristes louaient des kayaks pour des excursions pouvant durer de trois heures jusqu’à cinq jours.

Même s’il est encore tôt dans la saison, Mme Savard pressent une tendance chez sa clientèle vers des excursions de longue durée. Dans le passé, Fjord en kayak organisait entre 35 à 40 expéditions par saison estivale permettant aux touristes de séjourner sur les rives du fjord pendant plus d’une nuit.

Or, la pandémie de COVID-19 et les restrictions dans les voyages outre-mer font en sorte que des organisateurs de voyages exotiques cherchent à adapter leur modèle d’affaires en offrant des destinations nouvelles pour ses expéditions. C’est le cas de Karavaniers, avec qui Fjord en kayak a développé un partenariat pour une expédition de six jours. « C’est la première année qu’ils vont faire affaire avec le Québec », ajoute Myriam Savard.

Pour le moment, il est impossible de connaître les fruits de ce partenariat, mais Mme Savard croit qu’une des solutions pour passer à travers la crise sera de travailler ensemble dans ce milieu très spécialisé.