Le président d’Air Saguenay, Jean Tremblay, est déçu des modalités de l’annonce de la fin de la chasse au caribou au Québec.

Fin de la chasse aux caribous: Jean Tremblay déçu

La fin de la chasse aux caribous déçoit le président d’Air Saguenay, dont le tiers du chiffre d’affaires provient de cette activité touristique. La fermeture est cependant moins sauvage que prévu, admet Jean Tremblay, étant donné l’enveloppe de 16 millions $.

« La fin n’est pas une surprise pour nous. On savait bien que le gouvernement n’allait pas revenir en arrière à ce sujet. Mais au moins, il y a quelque chose pour éviter une fermeture drastique, pour aider les entreprises et organisations le temps qu’elles se restructurent. On ne sait cependant pas comment les sommes seront distribuées pour le moment », répond M. Tremblay.

Ce dernier aurait cependant préféré que le gouvernement revoie sa position. L’industrie avait d’ailleurs proposé de remettre tous les caribous chassés aux autochtones pour une utilisation de subsistance.

« La chasse aux caribous demeurera permise aux autochtones. On avait donc proposé de remettre notre récolte aux communautés. Cette proposition n’a pas été retenue. C’est dommage », déplore le président du transporteur régional, qui offre des voyages de chasse et pêche depuis plusieurs décennies.

Il y a quelques années à peine, l’entreprise transportait 5000 chasseurs en territoires nordiques. L’an dernier, Air Saguenay avait l’autorisation pour 800 personnes.

Le gouvernement a bon espoir de diversifier l’économie touristique du nord. Jean Tremblay veut bien y croire, mais l’homme d’affaires se montre sceptique.

« Ça sera difficile de trouver un créneau qui générera un volume semblable. La volonté est là, le gouvernement se montre encourageant. Est-ce que les résultats seront là ? C’est une autre chose », laisse tomber M. Tremblay.