Nadine Brassard occupe le poste de directrice générale chez SERDEX International, un organisme d’Alma spécialisé dans l’aide a l’exportation internationale.

Exporter à l’international, un défi

Exporter à l’international représente un défi pour plusieurs entreprises du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Grâce à SERDEX International, la bouchée est moins grosse à avaler avec les services d’accompagnement offerts par l’organisme d’Alma.

Pour une troisième année, SERDEX a offert la formation Vendre et expédier à l’international, qui s’inscrit dans le programme de coaching Hélico. Une douzaine d’entreprises de la région ont bénéficié de cette formation d’une journée, vendredi dernier, à l’hôtel Delta de Jonquière.

« Il s’agit d’une formation montée pour les entreprises qu’on accompagne dans leurs démarches d’exportation, a expliqué la directrice générale de SERDEX International, Nadine Brassard. On monte des plans de commercialisation à l’international avec eux et on offre un soutien tout au long du processus. »

Une douzaine d’entreprises du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont participé a la formation offerte par SERDEX International, vendredi.

Vendredi, des entreprises œuvrant notamment dans le domaine de l’agroalimentaire, des équipementiers et dans les services divers ont pris part à l’activité. Chaque participant est reparti avec un coffre à outils bien garni.

SERDEX International répond à toutes les questions à partir du moment où une entreprise conclut une vente à l’international. L’expédition, le contrat, la gestion du risque, la protection au non-paiement, les douanes, la logistique et le transport sont au nombre des sujets abordés.

« Ce qu’on veut, c’est minimiser le risque », a fait valoir Nadine Brassard, ajoutant que la formation était dédiée autant aux entreprises qui s’apprêtent à se tourner vers le commerce international, ou encore celles qui souhaitent raffiner leurs stratégies malgré une certaine aisance dans ce domaine.

Christian Gravel est conseiller stratégique a l’exportation chez SERDEX International.

« C’est une formation très technique et qui donne beaucoup d’outils, a ajouté Mme Brassard. On essaie de se vider la tête et de mettre toutes les informations dans un même cartable. »

Les défis de l’exportation sont certes nombreux, mais une fois que la glace est brisée, la dirigeante de SERDEX International souligne que de répéter la même opération s’avère bénéfique et profitable.

« Ça peut sembler lourd au départ, mais une fois qu’on a intégré l’exportation internationale à l’entreprise, ça va bien et ça devient moins compliqué », a exprimé Nadine Brassard.

SERDEX International compte quatre employés et fait partie des 20 organismes d’aide à l’exportation au Québec. Ils font tous partie du réseau provincial Commerce International Québec.