Le chiffre d’affaires d’Explicit est d’environ 1 million $.

Explicit s’attaque au marché européen

T-Mo, vous le connaissez? Parions que plusieurs amateurs de hip-hop québécois lèvent la main. Il y a aussi l’homme derrière le rappeur, Frédéric Auger, celui qui brasse des affaires dans d’autres domaines. Sa marque de vêtements Explicit s’attaque aujourd’hui au marché européen.

Lorsqu’il n’est pas sur scène avec son acolyte du groupe Taktika, Simon Valiquette (B-Ice), M. Auger besogne comme directeur des ventes et du marketing dans une entreprise de Lévis et il est également l’un des patrons chez Explicit, qui possède deux boutiques, à Charlesbourg et à Saint-Jean-Chrysostome.  

Lancée en 2011, la marque de vêtements lévisienne très prisée par les jeunes, est aussi disponible dans une quinzaine d’autres points de vente à travers la province.

«Là, on vise la France, le marché européen francophone. Pour y parvenir, nous avons choisi comme ambassadeur le rappeur français Sinik. [...] Voir un artiste que tu aimes avec ta marque de linges, cela amène aux consommateurs  un sentiment de proximité et d’appartenance», indique au Soleil M. Auger, qui avait utilisé la même stratégie d’affaires en s’associant avec des artistes québécois pour faire connaître ses produits arborant le code-barre à travers la province.

«Après, nous allons regarder s’il y a des possibilités pour développer la marque dans d’autres pays d’Europe», poursuit l’entrepreneur, précisant que le chiffre d’affaires d’Explicit, pour sa division de vêtements, tourne aux alentours d’environ 1 million $.

Car Explicit, qui se décrit comme «étant la voix de la rue», c’est également une maison de disques qui a propulsé plusieurs artistes québécois, comme le trio Facekché et Souldia.


« Nous avons adapté notre site Web pour être en mesure de vendre nos produits en euros. Si on voit que la demande est forte, ce n’est pas impossible qu’on décide de distribuer nos produits dans des magasins en France. »
Frédéric Auger, copropriétaire de la marque de vêtements Explicit

Site transactionnel

L’incursion européenne se fera par le site transactionnel de l’entreprise. La direction n’écarte pas la possibilité d’ouvrir un jour des boutiques ou un entrepôt sur le Vieux Continent. Elle pourrait aussi s’associer avec des commerces bien établis. Mais une chose à la fois.

«Selon nous, l’avenir de la vente de vêtements passe par Internet. C’est aussi ce qui est le moins dispendieux pour attaquer un marché. Nous avons adapté notre site Web pour être en mesure de vendre nos produits en euros. Si on voit que la demande est forte, ce n’est pas impossible qu’on décide de distribuer nos produits dans des magasins en France. On veut voir comment le marché va réagir», explique, au bout du fil, M. Auger.

L’enseigne qui vend des t-shirts, des casquettes, des manteaux, des chandails à capuchon et plusieurs accessoires de mode «rattachés à la culture hip-hop», est la propriété du quatuor Patrick Marier (président et propriétaire majoritaire), Frédéric Auger (T-Mo), Kevin Saint-Laurent (Souldia) et Nicolas Soucy (Saye).

«La France et l’Europe sont des marchés naturels pour Explicit, car la culture hip-hop y est très forte», mentionne pour sa part dans un communiqué Patrick Marier.

La compagnie Explicit compte une dizaine d’employés. Elle a ouvert sa première succursale en 2013 au Marché Jean-Talon de Charlesbourg.

Pour l’heure, au pays de Justin Trudeau, la marque de vêtements est disponible seulement au Québec. La direction ne ferme pas la porte à une possible percée d’ici quelques années du côté anglophone.

«Nous avons un nom et un brand qui peut voyager internationalement. Maintenant, il faut être capable de bien faire les choses», conclut M. Auger.