Équipements pétroliers: les salaires augmentés sans attendre le décret

Les travailleurs spécialisés dans l’installation et l’entretien d’équipements pétroliers membres du local 2008 du Syndicat des Métallos, qui sont répartis dans six entreprises, ont paraphé une nouvelle convention collective de travail.

Selon les termes du communiqué émis lundi par les Métallos, les nouvelles conditions de travail entreront en vigueur immédiatement dans les six entreprises. Elles s’appliqueront à l’ensemble de l’industrie dès que le gouvernement du Québec aura adopté un décret. Ce décret gouvernemental contiendra les mêmes dispositions que celles contenues dans la convention collective négociée dans la région.

« L’employeur a tenté d’exiger que les hausses salariales s’appliquent seulement une fois que le décret aurait été adopté par le gouvernement, ce qui peut prendre jusqu’à 18 mois ou même deux ans dans certains cas. Les membres ont refusé catégoriquement que l’existence d’un décret leur enlève leur pouvoir de négociation collective. En se dotant d’un mandat de grève à l’unanimité, ç’a forcé l’employeur à retirer cette demande et on a pu en arriver à un règlement », a expliqué le coordonnateur des Métallos responsable de la négociation, Pierre Arseneau, dans un communiqué diffusé lundi matin.


« L’employeur a tenté d’exiger que les hausses salariales s’appliquent seulement une fois que le décret aurait été adopté par le gouvernement, ce qui peut prendre jusqu’à 18 mois ou même deux ans dans certains cas. Les membres ont refusé catégoriquement que l’existence d’un décret leur enlève leur pouvoir de négociation collective. »
Pierre Arseneau

Les travailleurs avaient toutefois fait monter la pression dans le cadre de la négociation. Les négociateurs syndicaux pouvaient compter sur un mandat de grève adopté à l’unanimité par la centaine de syndiqués.

Le nouveau contrat de travail accorde aux travailleurs des augmentations de salaire de l’ordre de 2,5 % pour les trois années du contrat de travail, des améliorations au régime d’assurance ainsi qu’une prime pour les périodes de garde.

Cette nouvelle convention touche quelque 100 travailleurs au Saguenay–Lac-Saint-Jean.