Douze transitions pour la relance économique

Denis Villeneuve, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Denis Villeneuve, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
La sortie de la crise causée par la COVID-19 passe par la capacité du secteur manufacturier du Saguenay-Lac-Saint-Jean à capitaliser sur cette pandémie en assumant 12 transitions qui permettront une relance économique rapide.

Mercredi, les membres de la Chambre de commerce et d’industrie de Saguenay-Le Fjord et le Regroupement des chambres du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont pu assister à une formation en ligne tenue dans le cadre de «La grande tournée manufacturière virtuelle des chambres de commerce».

Pour l’occasion, Louis Duhamel, conseiller stratégique chez Deloitte et président du comité manufacturier, innovation et exportation de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et Antoine Audy-Julien, stratège d’affaires chez Deloitte, ont discuté de la relance du secteur dans le contexte qui suivra la COVID-19.

Les conférenciers ont rappelé qu’avant mars dernier, tous les indicateurs économiques étaient au vert, une situation qui a dramatiquement changé alors que la pause obligée a fait en sorte que 78,3 % des manufacturiers ont été affectés par des fermetures d’usine ou des baisses de production prononcées, élevant le taux de chômage à 15 %, selon Statistique Canada.

« Il y aura deux choses à surveiller dans les prochains mois, soit la reprise de la demande intérieure et les exportations qui représentent 48 % du produit intérieur brut. Ceux qui ont conservé leur emploi auront la responsabilité de faire rouler l’économie », mentionne M.Duhamel.

Tendances

Parmi les tendances qui se dessinent, les conférenciers ont mentionné l’attitude isolationniste des États-Unis. Le leadership américain sera remplacé par celui de la Chine, qui produira de plus en plus de produits de haute qualité, croient-ils.

La chaîne d’approvisionnement des entreprises sera appelée à devenir plus courte puisque les manufacturiers auront tendance à vouloir s’approvisionner plus près de leurs usines, tout comme les consommateurs qui privilégieront les produits locaux.

De meilleures pratiques en communications internes et externes afin de peaufiner l’image des entreprises, l’automatisation de procédés, le télétravail et l’application des règles sanitaires sur une base permanente figurent aussi dans les tendances qui s’implanteront après la COVID-19.

Les deux experts affirment que la nouvelle ère que nous entamons signifie la fin de la pénurie de main-d’oeuvre. L’utilisation de travailleurs étrangers deviendra un enjeu, selon eux.

Il y aura également la fin de la formule just in time dans la chaîne d’approvisionnement.

Parmi les phénomènes importants, les entreprises manufacturières ne pourront échapper à la transition numérique afin d’augmenter leur productivité.

Le futur devrait inciter les entreprises à la transition préventive, qui consiste à se préparer à différents niveaux pour faire face à des crises économiques, des guerres commerciales, une phase 2 de la pandémie, à des catastrophes naturelles ou encore des accidents climatiques.