Devicom souhaite aménager un Centre d’affaires intelligent au Lac-Saint-Jean, un projet de 1,2 M$. La directrice générale de l’entreprise, France Lavoie, tient ici le cahier du projet.

Devicom: un Centre d’affaires intelligent au Lac

L’entreprise chicoutimienne Devicom souhaite lancer un Centre d’affaires intelligent au Lac-Saint-Jean, un projet de 1,2 M $. L’endroit proposera plusieurs salles et bureaux à louer, équipés à la fine pointe de la technologie, qui seront mis à la disposition des organismes et entreprises qui souhaitent y organiser des événements ou des rencontres.

Devicom souhaite louer un local à Alma ou dans une municipalité située à proximité pour réaliser son projet. Le Centre d’affaires intelligent proposera six grandes salles à séparations amovibles, 10 bureaux pour travailleurs autonomes ainsi que cinq salles de rencontre, a exposé la directrice générale France Lavoie, rencontrée par Le Quotidien dans les bureaux de l’entreprise en innovation technologique, situés sur la rue Racine. 

Le projet devrait occuper une surface d’environ 5000 pieds carrés. Une cuisine, avec îlot, ainsi que des fauteuils seront aménagés dans une aire commune. 

« Le but n’est pas de louer les locaux longtemps, c’est pour une période de temps très courte. Et les prix seront très abordables. On veut que ça bouge, qu’il y ait plusieurs entreprises et organismes qui passent, et que les gens se rencontrent pour créer un dynamisme », d’exposer la directrice générale.

Les salles comprendront des télévisions, des outils de visioconférence ainsi que les équipements nécessaires à l’organisation d’une conférence de presse, permettant par exemple à plusieurs médias de se brancher à la même source audio. « À Alma, il n’y a à peu près pas d’endroits comme ça, ça va répondre à un besoin », a ajouté la directrice générale.

De deux à quatre emplois devraient être créés chaque année, pendant les premières années du projet. Les coûts importants estimés pour la réalisation du Centre d’affaires intelligent, malgré la location envisagée, s’expliquent surtout par l’achat des équipements technologiques.

Transformation numérique

La directrice générale estime que le Centre d’affaires intelligent permettra de soutenir les entreprises et organismes dans leur transformation numérique.

« La transformation numérique est avant tout un défi humain, a-t-elle insisté. Ce sera plus important comme changement que ce que l’arrivée d’Internet a été. Il faut amener les jeunes et les plus vieux à travailler ensemble. Il y a un choc des générations. Les entreprises n’ont pas le choix de devenir des entreprises technologiques et de miser sur leurs ressources humaines. »

Devicom souhaite d’ailleurs offrir des séances de sensibilisation au changement numérique (voir encadré) à plusieurs entreprises du Lac-Saint-Jean, une fois qu’elle sera établie à Alma ou dans les environs.

Demande déposée au FARR

Devicom compte investir 800 000 $ dans le projet. Une demande de subvention de quelque 400 000 $ au Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR), géré par le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, a été déposée le 24 novembre, date limite du premier appel de projets.

L’entreprise espère que le projet sera retenu et qu’il fera partie des annonces prévues au printemps. En juillet, Québec a annoncé que le Saguenay-Lac-Saint-Jean disposera d’une enveloppe de 1,6 M $ du FARR pour l’année financière 2017-2018.

Si le projet obtient le financement espéré, le Centre d’affaires intelligent pourrait recevoir ses premiers clients en septembre 2018.


Le but n’est pas de louer les locaux longtemps, c’est pour une période de temps très courte. Et les prix seront très abordables. On veut que ça bouge, qu’il y ait plusieurs entreprises et organismes qui passent, et que les gens se rencontrent pour créer un dynamisme.
France Lavoie

Six projets et 15 nouveaux emplois en 2018

Devicom a six projets dans ses cartons pour 2018, qui devraient créer une quinzaine d’emplois. Une croissance qui s’explique, après 28 ans d’existence, par le désir de l’organisation de revisiter complètement sa gestion afin de se renouveler.

« D’avoir à innover, ça peut paraître paradoxal, pour une entreprise en innovation, mais c’est un défi important, a soulevé la directrice générale, France Lavoie. L’entreprise est dans sa phase de maturité. Chaque phase comporte ses défis. Avec le ralentissement économique, depuis 2013, on n’était pas capable de passer à un autre niveau. Il fallait faire quelque chose. »

Pour stimuler son équipe, elle a décidé de miser sur l’holacratie, un modèle de management qui vise à éliminer les structures et susciter ainsi l’innovation. 

Elle a aboli les postes de direction et misé sur un travail en équipe, où tous les employés se retrouvent au même niveau et peuvent acquérir des compétences diverses au sein de l’entreprise.

À la fin de 2018, France Lavoie estime que Devicom, qui compte actuellement une cinquantaine d’employés, devrait atteindre les 65 travailleurs grâce aux changements apportés et aux projets en vue.

L’équipe, qui compte déjà plusieurs nouveaux visages, planche sur six projets que l’entreprise espère réaliser en 2018. Le Centre d’affaires intelligent en est le premier. 

Grâce à l’implantation du centre au Lac-Saint-Jean, Devicom s’est fixé comme deuxième objectif d’accompagner une trentaine d’entreprises jeannoises dans leur transformation numérique, par le biais d’ateliers de sensibilisation.

L’entreprise préfère ne pas donner de détails sur les quatre autres projets en préparation, des annonces étant prévues prochainement.