Le chef de service chez Réfraco, Marc Pineault, a offert une visite guidée des installations de la compagnie aux étudiants en génie civil du Cégep de Chicoutimi, vendredi après-midi.

Développer le savoir-être

Des étudiants de deuxième année du programme de techniques de génie civil du Cégep de Chicoutimi ont une opportunité en or de découvrir les facettes du monde du travail. Dans le cadre de leur cours en psychologie, ils vont à la rencontre de futurs employeurs pour mettre en pratique les éléments appris en classe.

C’est l’enseignante en psychologie Nancy Tremblay qui a eu l’idée de base. Désireuse de développer les compétences sociales de ses étudiants, elle a voulu organiser un concours de génie civil en remettant des prix pour la meilleure collaboration, le leadership, l’assiduité et la qualité de la présence en cours, entre autres.

Le directeur général du Cégep de Chicoutimi, André Gobeil, a ensuite proposé à Mme Tremblay d’attirer ses élèves sur des lieux de travail potentiels. À la suite de démarches avec des employeurs, plusieurs se sont montrés réceptifs. Une première visite a donc eu lieu il y a deux semaines au bureau régional du ministère des Transports, et vendredi, la compagnie Réfraco, spécialisée dans la production et l’entretien de pièces réfractaires.

« Ils n’ont pas de problème avec les compétences techniques, mais lorsqu’arrive le temps des stages, ils doivent développer des compétences sociales et personnelles, afin d’être plus adéquats avec les gens en société, a expliqué l’enseignante Nancy Tremblay. C’est un cours qui va leur servir tout au long de leur vie. »

En plus du MTQ et de Réfraco, la Ville de Saguenay, Démex, Inter-Cité construction et Cegerco ont répondu positivement à l’invitation du Cégep de Chicoutimi. D’ici le mois de mai, des visites vont se succéder pour qu’au final, des prix soient remis aux étudiants les plus méritants. Les notes vont alors laisser place aux aptitudes.

Ces rencontres spéciales ont lieu pendant la case horaire du cours de psychologie, les vendredis après-midi, à un moment où les jeunes ont souvent davantage la tête à la fin de semaine qu’à une présence en classe.

« Les étudiants sont contents, les organisations sont contentes et moi, je suis enthousiaste d’un tel projet parce que ça fait changement et j’ai l’impression d’aller de l’avant, a fait remarquer Nancy Tremblay. Il faut, nous aussi, s’adapter à la nouvelle génération. Tout le monde gagne parce que les employeurs bénéficient d’une formation et en même temps, ils peuvent amorcer le recrutement, à un moment où la pénurie de main-d’œuvre affecte tout le monde. »

Lors de la visite chez Réfraco, les étudiants ont participé à une simulation de rencontre d’employés comme il s’en fait régulièrement au sein de l’entreprise. Ils ont ensuite visité les installations en compagnie du chef de service, Marc Pineault.

« Je suis très surpris de la quantité de jeunes présents et c’est une occasion de recruter des futurs employés au sein de la prochaine génération de travailleurs, a expliqué M. Pineault. On se trouve très chanceux et on est content du résultat. »

Deux des étudiants rencontrés vendredi étaient reconnaissants de pouvoir vivre ce genre d’expérience. Pour Mikael Ross et Jérémy Boucher, la chance de créer un premier contact avec un futur employeur est une chance inouïe.

« Considérant qu’on est toujours à l’école et qu’on suit toujours le même genre de cours, ça fait changement de se retrouver dans le milieu qu’on risque de retrouver sur le marché du travail plus tard, a mis en contexte ce dernier. Ça permet d’avoir une visibilité qu’on ne pourrait pas avoir dans d’autres circonstances. »