Au total, 475 entreprises du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont inscrites au répertoire du Panier bleu.
Au total, 475 entreprises du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont inscrites au répertoire du Panier bleu.

Des nouveautés pour le Panier bleu, mais un impact difficile à mesurer pour les commerçants

Le Panier bleu proposera de nouveaux outils aux commerçants québécois en leur permettant de mieux connaître leurs clients. Plusieurs entrepreneurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean inscrits à la plateforme numérique évaluent cependant difficilement les impacts de la première mouture du répertoire, alors qu’ils ont plutôt misé sur leurs propres stratégies numériques pour traverser la crise.

Les commerçants inscrits à la plateforme numérique d’achat local soutenue par Québec pourront prochainement avoir accès à des informations sociodémographiques sur les consommateurs demeurant à proximité. Un clavardage en direct avec leurs clients sera aussi offert sur l’initiative qui prend actuellement la forme d’un répertoire.

Des entreprises québécoises spécialisées en technologies dans le secteur du commerce de détail, telles que Anagraph et HeyDay, permettront d’offrir des services spécialisés qui seront bonifiés au fil du temps.

« Bref, le Panier bleu, c’est celui que j’aurais aimé vous présenter en avril dernier. C’est un outil puissant pour les commerces et pour les consommateurs », a assuré Alain Dumas, directeur général de l’organisme à but non lucratif, en conférence de presse, mardi.

Impacts difficiles à mesurer

Si plusieurs soulignent l’initiative, les impacts du répertoire sont difficiles à mesurer jusqu’à maintenant pour plusieurs commerçants inscrits consultés par Le Quotidien.

Sophie Tremblay, directrice générale de la Zone Talbot, un regroupement de 500 membres d’affaires de l’artère commerciale du boulevard Talbot à Chicoutimi, a affirmé ne pas avoir entendu parler du Panier bleu au sein de ses membres.

Ils ont cependant été nombreux à lancer leur boutique en ligne et à développer un site transactionnel pendant le confinement. « Je regardais les boutiques en ligne sur le territoire des petits commerçants et je n’en ai pas tant que ça », a souligné celle qui estime que des programmes soutenant le développement de sites transactionnels seraient bienvenus.

Une promotion Panier bleu

Pour Claude Ouellet, propriétaire des boutiques Ultraviolet Sports situées à Jonquière, Chicoutimi et Alma, il est « bien embêtant » pour lui d’évaluer l’impact de son inscription au Panier bleu. « Je pense que c’était surtout pour ceux qui n’étaient pas encore sur le commerce en ligne ou très peu », a-t-il partagé.

Il remarque cependant une plus grande conscientisation à l’achat local, qui s’est traduit par un achalandage qui a doublé sur le site Web de l’entreprise pendant la crise.

Le commerce a cependant bénéficié du Panier bleu en lançant en mai une promotion du même nom, qui offrait un rabais de 30 % sur la marchandise achetée. L’initiative, aucunement reliée à la plateforme, a alors attiré un achalandage dépassant ses espérances, a-t-il souligné.

Du chocolat en ligne à la crème molle

Joannie Lavoie, propriétaire des chocolateries Au coeur fondant, situées à Alma et Chicoutimi, a pour sa part mentionné ne pas avoir senti de retombées directes en lien avec son inscription au Panier bleu.

Le confinement lui a toutefois permis de développer son offre sur son site Web. « En ce moment, j’ai une baisse côté boutique en ligne », a-t-elle cependant souligné, précisant que la vente de crèmes molles est plus populaire pendant la belle saison que celle de chocolats.

Martin Beaudet, directeur général et copropriétaire d’Authen-TIC Informatique, à Roberval, est pour sa part catégorique : il n’a senti aucun impact à la suite de son inscription.

Le commerce de services informatiques, qui s’adresse aux entreprises, l’avait fait dans un souci de référencement, sans fonder trop d’espoir envers l’initiative.

De Facebook au site transactionnel

Même son de cloche du côté de la Librairie Centrale des Promenades du boulevard, à Dolbeau-Mistassini. « On voulait voir si ça allait faire de quoi, mais non, finalement », a laissé tomber Nadia Lavoie, directrice de la librairie.

C’est plutôt la page Facebook de l’entreprise qui a permis d’assurer des ventes et de traverser la période de confinement en proposant livres, articles de bureau, casse-têtes ou objets d’artisanat.

La réponse de la population a été positive, si bien que l’entreprise lance cette semaine son site transactionnel qui permettra, par exemple, de préparer les commandes en vue de la rentrée scolaire.

475 ENTREPRISES INSCRITES DANS LA RÉGION

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean comptait mardi 475 entreprises inscrites au répertoire du Panier bleu, lancé il y a deux mois.

On retrouve dans la liste régionale différentes entreprises, allant de commerces proposant des produits artisanaux, à des restaurants, des gîtes touristiques, des dépanneurs, des salons de coiffure ou encore des magasins de vêtements.

Plusieurs pharmacies, épiceries et dépanneurs reliés à des bannières figurent également au répertoire. Les commerces de détail et restaurants ayant un siège social au Québec ou dont l’établissement est la propriété d’un affilié québécois peuvent s’inscrire au Panier bleu.

Près de 20 000 commerces de la province se sont inscrits jusqu’à maintenant, précise-t-on sur la plateforme. Le répertoire comptait cependant près de 13 900 entreprises inscrites mardi, lorsque le nombre de commerces inscrits par région est comptabilisé.

Le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon a indiqué en conférence de presse que 60 % des consommateurs québécois sondés par CROP ont affirmé connaître le Panier bleu et que de ce nombre, 51 % ont dit avoir augmenté leur consommation de produits québécois.