Arthur Gobeil (pdg par intérim de Promotion Saguenay) et Claudia Fortin (directrice du service aux entreprises de Promotion Saguenay) croient que la mission commerciale à Montréal sera bénéfique aux petites entreprises régionales.

Des entreprises à la conquête de Montréal

Vingt entreprises de Saguenay et de la MRC du Fjord-du-Saguenay partent à la conquête du marché de Montréal. Les dirigeants auront l’occasion de développer des marchés avec de grandes entreprises ou des commerces majeurs de Montréal en participant à la Mission commerciale Saguenay-Montréal, jeudi.

L’événement B2B (Business to business) est organisé conjointement par Promotion Saguenay, la MRC et la Maison des Régions de Montréal. L’objectif est clair : faciliter des partenariats d’affaires entre les entreprises des régions et de la métropole.

Il s’agit d’une occasion pour les entreprises participantes de créer des liens d’affaires, de développer de nouveaux marchés et de faciliter l’exportation des produits régionaux vers la métropole québécoise, notamment.

En plus du volet des entreprises, il y aura aussi des volets administratifs et politiques, car la mairesse de Saguenay, Josée Néron, sera sur place pour y faire plusieurs rencontres.

« Nous avons un rôle d’accompagnateur auprès des entreprises de Saguenay. Nous sommes un organisme qui peut donner des conditions gagnantes aux entreprises. Montréal nous invite à la Maison des Régions. C’est significatif », soutient Arthur Gobeil, président et directeur général par intérim de Promotion Saguenay.

Cinquième région

Le programme de la journée est visiblement chargé. Chacune des PME régionales aura de trois à quatre visites auprès d’entreprises de leur domaine durant la journée. 

Les intervenants auront l’occasion de discuter entre eux afin de faire le point sur les rencontres.

Saguenay a été invitée par les responsables de la Maison des Régions. Ce lieu a été créé par l’ex-maire Denis Coderre qui voulait un lieu de rassemblement pour les entreprises des régions et de la métropole afin de discuter et faire des affaires. 

Saguenay inaugurera d’ailleurs l’édifice montréalais.

« Nous sommes la cinquième région à participer à ces missions commerciales (après les Îles-de-la-Madeleine, l’Abitibi-Témiscamingue, Kamouraska et Granit et Haut-Saint-François). Nous avons choisi 20 petites entreprises qui veulent développer des affaires avec Montréal. Elles auront de trois à quatre rencontres durant la journée », mentionne Claudia Fortin, directrice du service aux entreprises et chargée de la mission pour Promotion Saguenay.

« Les dirigeants de ces PME ont établi une liste d’entreprises qu’ils voulaient rencontrer. Ils vont discuter avec des clients ou des fournisseurs potentiels. Ça part des besoins de nos entreprises. Il devrait y avoir des retombées économiques si l’on se fie aux missions précédentes (plus de 1,5 M$) », ajoute Mme Fortin.

Il va sans dire que les rencontres obtenues par le biais de la Maison des Régions de Montréal, qui sert de facilitateur aux entreprises régionales, auraient été difficiles, pour ne pas dire impossibles, si une entreprise de la région avait tenté le coup directement auprès de Bombardier ou Sobeys, par exemple. Certaines auront cette occasion.

Plus de 60 rendez-vous ont déjà été fixés pour cette journée.

La métropole s'intéresse aux régions

Même si Montréal demeure la plus grande ville du Québec, cela n’empêche pas ses dirigeants commerciaux de démontrer un intérêt afin de donner une occasion supplémentaire aux régions d’y faire des affaires. 

« Oui, ils le font, car leur philosophie est “on est plus forts à travailler ensemble”. Ils disent avoir intérêt à travailler avec les entreprises des régions et à travailler ensemble. Et ça plaît aux entreprises que nous avons invitées à Montréal », exprime Claudia Fortin, directrice du service aux entreprises et chargée de la mission pour Promotion Saguenay.

Car l’initiative, qui a été préparée depuis le mois de septembre, suscite un intérêt auprès des gens de la grande région de Saguenay. 

« Si 20 entreprises se sont inscrites, c’est qu’il y a un besoin. Les dirigeants ne savent pas toujours comment commercialiser leurs produits. Là ils vont trouver des partenaires pour les distribuer. Ces petites entreprises ne peuvent pas toujours miser sur des vendeurs sur la route », reprend Arthur Gobeil, président et directeur général par intérim de Promotion Saguenay.

Rien ne dit que les participants à la mission vont revenir avec des contrats en poche dès la fin de semaine, mais les responsables sont convaincus que l’initiative portera ses fruits.

« C’est une façon de faire innovante. On sait que ça va donner des résultats. Notre monde offre des produits de qualité dans un marché ouvert. Et si on ne fait rien, il n’arrivera rien », indique M. Gobeil.

Si la mission commerciale prendra beaucoup de place pour les entreprises invitées, cela n’empêchera pas Promotion Saguenay de travailler ses propres projets. 

La délégation ne chômera pas, car des visites sont prévues à la boutique d’innovation Neoshop et à l’incubateur Centech. Il y aura un passage au Fablab et au Vieux-Port de Montréal et, par le fait même, au terminal de croisière.

« La délégation administrative et politique effectuera des visites dans des endroits intéressants pour nos projets à nous. En soirée, la mairesse Josée Néron livrera une conférence aux participants », ajoute Claudia Fortin.

La journée se terminera par une soirée afin de poursuivre le réseautage et de rencontrer des ambassadeurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean installés à Montréal.