C’est une bonne période pour les monde des télécommunications, admet Nathalie Gagnon de DERYtelecom.

DERYtelecom: la croissance se poursuit

Dans un milieu marqué par des joueurs majeurs, dont Vidéotron et Cogeco, DERYtelecom tire son épingle du jeu. Personnalité du mois Le Progrès–Radio-Canada, l’entreprise baieriveraine poursuit sa croissance partout au Québec et prévoit l’embauche prochaine d’une centaine d’employés.

C’est une bonne période pour l’industrie des télécommunications, admet Nathalie Gagnon, coactionnaire et directrice du marketing chez DERYtelecom. La demande en services de télécommunications n’est pas sur le point de baisser. Surtout en milieux ruraux où l’entreprise a fait sa marque.

« Internet, c’est devenu un service presque aussi essentiel que l’électricité. On pourrait comparer la période actuelle à l’électrification du monde rural dans les années 50. On vit la même affaire dans le monde des télécommunications. Les gens veulent le service, ils sont impatients, et on les comprend », exprime Mme Gagnon.

La demande a en effet explosé dans les dernières années. À une vitesse qui n’a pas suivi la construction d’infrastructures dans les secteurs plus reculés des grands centres urbains. 

« Chaque année, la consommation triple. Et ce n’est pas étonnant. Il y a cinq ans, vos grands-parents n’avaient pas de tablette. Ils utilisent aujourd’hui plus de bande passante. Avec les télévisions intelligentes, ça augmente encore. Ils vendent même des laveuses et des sécheuses qui se branchent au Wi-Fi », donne en exemple la femme d’affaires. 

« Et les chalets deviennent aujourd’hui des maisons. Les gens ont envie d’avoir les services partout, même dans les lieux de villégiature. »

« Chaque année, la consommation triple. Et ce n’est pas étonnant. Il y a cinq ans, vos grands-parents n’avaient pas de tablette. »

Nathalie Gagnon

Avec les gouvernements qui investissement dans les programmes visant à étendre Internet dans tous les secteurs, les entreprises comme DERYtelecom ont du pain sur la planche. Le calendrier de travail est d’ailleurs plein pour les 36 prochains mois.

Cette croissance force cependant les entreprises à constamment investir pour améliorer leur réseau et leurs équipements. Les acquisitions sont aussi essentielles pour suivre le rythme des joueurs du monde des télécommunications.

« Dans les années 80, il y a eu une première vague d’acquisitions. C’était nécessaire pour les compagnies d’investir si elles souhaitaient rester dans le marché. À cette époque, on comptait trois câblodistributeurs uniquement à La Baie. Encore aujourd’hui, il y a des acquisitions qui se font. C’est ce qu’on a fait récemment également. Ça prend du volume pour suivre les avancements technologiques », pointe Nathalie Gagnon. 

DERYtelecom a en effet fait l’acquisition de l’entreprise Duclos et Michaud, qui assure des services de télécommunication aux Îles-de-la-Madeleine à 2000 abonnés avec un potentiel de 15 000 supplémentaires. 

C’est donc près de 115 000 clients et 300 municipalités rurales de la province qui font affaire avec l’entreprise saguenéenne. 

Nouveau centre d’affaires

L’entreprise baieriveraine compte toujours aménager un nouveau centre d’affaires à La Baie pour l’ajout d’une centaine d’employés. Mais les propriétaires n’ont toujours pas statué sur le futur emplacement. DERYtelecom analyse en ce moment plusieurs options, confirme Nathalie Gagnon. 

« On réfléchissait sur quelques options avant d’en parler publiquement. Mais à la suite de la parution d’un article (en janvier dans Le Quotidien), les options se sont multipliées. Plusieurs propositions ont été lancées pour répondre à nos besoins. Au moins une dizaine d’offres méritent qu’on s’y attarde. Donc, on est encore en période d’analyse », précise la coactionnaire, ajoutant que l’analyse des emplacements peut prendre encore plusieurs semaines. 

Le siège social et le centre d’appel de l’entreprise se trouvent déjà à La Baie. 

Un peu plus de 230 des quelque 400 employés de DERYtelecom y travaillent. 

Pour réussir la croissance, cependant, l’entreprise de télécommunications a besoin de plus d’espace, notamment avec l’ajout de nouveaux employés. Une trentaine de postes sont déjà à pourvoir. 

Une foire de l’emploi se tiendra d’ailleurs dans les locaux de DERYtelecom, le 21 février, de 12 h à 20 h.

« On a besoin de gens dans plusieurs postes différents, que ce soit en administration, au service à la clientèle ou au soutien technique », précise Mme Gagnon.