L’immeuble ayant abrité autrefois le restaurant Le Deauville a croulé sous le pic des démolisseurs mardi pour laisser place à la nouvelle résidence pour personnes âgées Sélection Chicoutimi.

Démolition du Deauville: place au Sélection Chicoutimi

Après la démolition du 350 Racine, jeudi dernier, en prévision de l’expansion prochaine du Manoir Champlain, c’était au tour mardi de l’ex-restaurant Le Deauville de crouler sous le pic des démolisseurs pour laisser place à la construction du Sélection Chicoutimi, un immeuble qui renfermera 233 nouvelles unités de logement pour personnes âgées.

Le 13 mai dernier, le groupe immobilier Réseau Sélection, de Laval, a pris officiellement possession de l’immeuble après l’avoir acquis de l’homme d’affaires Alain Laberge au prix de 2,3 M$.

Selon les informations obtenues, le terrain devenu vacant devrait laisser place à l’ouverture d’un nouveau chantier pour la construction d’un nouvel immeuble à structure de béton de sept étages de 30 000 pieds carrés chacun pour l’aménagement de 233 unités de logement locatif.

L’entrepreneur général Conception Habitat 2015 pourrait débuter les travaux de construction au cours de l’été prochain, après la fin des travaux de démolition d’une durée de deux semaines.

Voici la maquette du futur Selection Chicoutimi.

Du côté du Réseau Sélection, la porte-parole Mylène Dupéré a mentionné qu’il était trop tôt encore pour procéder à des annonces officielles d’investissement puisque des démarches administratives sont encore en cours auprès de la municipalité.

En 2017, des demandes ont été déposées pour modifier le règlement de zonage afin d’inclure des immeubles à haute densité.

Du côté de l’administration municipale, on nous a mentionné qu’aucun commentaire ne serait émis tant que le permis de construction n’est pas délivré.

Pour ce qui est du Manoir Champlain, dont le propriétaire Guy Boivin souhaite ériger une nouvelle aile avec une façade commerciale sur la rue Racine, le directeur général, Dany Tremblay a mentionné que rien n’a bougé encore dans ce dossier.

La multiplication des résidences destinées aux personnes âgées de grande dimension commence à inquiéter certains propriétaires de moindre capacité qui se demandent s’ils pourront un jour récupérer leur investissement.